MAZE Henri, Désiré

Par Nadia Ténine-Michel

Né le 3 août 1886 à Paris (XIe arr.), mort le 23 janvier 1965 à Saint-Denis (Seine devenue Seine-Saint-Denis) ; ouvrier bijoutier ; militant communiste, puis membre du PPF.

Fils d’un bijoutier, Henri Mazé adhéra au POSR de Jean Allemane en 1904 et devint secrétaire des Jeunesses socialistes du XIe arrondissement de Paris en 1906. Il fit la guerre dans l’infanterie. Désapprouvant la participation socialiste au gouvernement d’union sacrée, il adhéra ensuite au PCF dont il devint l’un des plus anciens propagandistes de Seine-et-Oise. Il résidait à Méry-sur-Oise (maintenant Val-d’Oise). En 1928 et 1932, il était secrétaire du rayon de Pontoise et collaborait à la Région parisienne communiste. Il fut aussi trésorier du Secours rouge international et hébergea chez lui en 1930-31 des dirigeants communistes traqués (affaire Fantomas).

Conseiller municipal sortant de Méry-sur-Oise, il fut battu de peu aux élections municipales de 1935. Il se rallia ensuite à Doriot et fut candidat du PPF aux élections législatives de 1936 dans la quatrième circonscription de Pontoise et n’obtint que quelques voix. Selon sa nécrologie publiée dans le Dionysien, il eut pendant l’occupation une attitude passive. Après guerre, il résidait à Saint-Denis et fut journaliste au journal de droite le Dionysien.

Il adhéra en 1955 au Club dionysien qu’il présidait lors de sa mort et qui patronnait une liste anticommuniste en vue des élections municipales de 1965.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121374, notice MAZE Henri, Désiré par Nadia Ténine-Michel, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 12 novembre 2021.

Par Nadia Ténine-Michel

SOURCES : Arch. Dép. Seine-et-Oise, 2 M 11/25 et 26, 18/4, 30/37. — La Région parisienne communiste, novembre 1932. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément