MEIFFRET Baptistin, Paul

Par Dominique Olivesi, Marcel Veran

Né et mort à Puget-Théniers (Alpes-Maritimes), 7 juillet 1898-15 juillet 1988 ; instituteur dans les Alpes-Maritimes ; militant syndicaliste de la FUE et du SNI, militant communiste.

Fils d’un agriculteur, Baptistin Meiffret participa aux combats de la fin de la Première Guerre mondiale. Il fut instituteur dans une commune rurale dans les années 1920 où il était secrétaire de mairie. Dans les années 1930, il fut nommé à Menton puis à Nice.

Il adhéra en 1924 au syndicat de l’Enseignement laïque CGTU et fut élu à son conseil départemental en 1926. Jusqu’en 1929, il appartint, avec Laurent Spinelli, Madeleine Faraut, Virgile Barel à la fraction majoritaire de son syndicat. Il fut l’un des animateurs du bulletin Notre Arme, dans lequel il écrivit assez régulièrement. Dans sa pratique pédagogique, il utilisait la méthode préconisée par Célestin Freinet pour enseigner le français. Il fut, sous le Front populaire, membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs réunifié. Il fut gréviste le 30 novembre 1938 et fut sanctionné d’une retenue de salaire. Il démissionna le 29 octobre 1939 de ses responsabilités syndicales pour raison de santé.

Marié en août 1921 à La Colle-sur-Loup (Alpes-Maritimes), divorcé, Meiffret se remaria à Nice (Alpes-Maritimes) avec une institutrice.

« Sympathisant actif » communiste selon son témoignage (ce qui fut confirmé par un rapport de police du 18 septembre 1940), membre du Parti communiste selon d’autres sources, Meiffret se signala par son talent de journaliste. Il écrivit en 1926 dans l’Humanité à la rubrique enseignement et s’imposa à partir de 1935 comme l’une des meilleures plumes du Cri des travailleurs, hebdomadaire régional du Parti communiste. Ainsi dans le numéro du 10 mai 1936, il décrivit à chaud la victoire remportée de haute lutte par les candidats Barel et Henri Pourtalet* et l’euphorie qui s’empara alors du « peuple communiste ».

En désaccord avec le Pacte germano-soviétique d’août 1939, Baptistin Meiffret s’éloigna du Parti communiste. Victime d’une mesure disciplinaire, en application de la circulaire Ripert, il dut quitter ses fonctions d’instituteur. Pendant la guerre, il suivit un stage à la chambre d’agriculture de Nice et se reconvertit dans la taille des arbres. Réintégré en 1944, il finit sa carrière comme directeur d’école en 1955. Dégagé de toute activité politique et syndicale, il conserva néanmoins des relations cordiales avec ses anciens camarades communistes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121486, notice MEIFFRET Baptistin, Paul par Dominique Olivesi, Marcel Veran, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Dominique Olivesi, Marcel Veran

SOURCES : Arch. Dép. Alpes Maritimes, série T. — Archives Marcel Veran. — Notre Arme. — Le Cri des travailleurs, 1935-1939. — [Photographie dans] V. Barel, un révolutionnaire du pays niçois, La Trinité-Victor, 1980. — Renseignements fournis par l’intéressé à Jacques Girault en 1975.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément