MEIFFRET Marcel, Marius, Honoré

Par Jacques Girault

Né le 9 octobre 1906 à Draguignan (Var), mort le 11 février 1992 à Draguignan ; facteur des PTT ; conseiller municipal socialiste SFIO de Draguignan (1935-1940, 1953-1984), adjoint au maire (1965-1984) ; militant syndical (CGT, CGT-FO).

Fils d’une ouvrière agricole et d’un courrier convoyeur des Postes, suspendu en 1906 pour son action syndicale, Marcel Meiffret reçut tous les sacrements catholiques. Il obtint le certificat d’études primaires et travailla comme télégraphiste aux PTT à partir de novembre 1920. Après son service militaire (novembre 1926-avril 1928) comme télégraphiste dans le génie à Grenoble (Isère), devenu facteur, il se maria en juillet 1931 à Draguignan avec une margeuse d’imprimerie qui travailla aussi comme femme de ménage. Les deux enfants du couple reçurent les premiers sacrements catholiques.

Membre de la CGT, Marcel Meiffret adhéra en 1924 aux Jeunesses socialistes SFIO. Secrétaire du groupe local pendant quelques années, il devint en décembre 1933 membre du comité fédéral mixte des jeunes. Il jouait arrière dans l’équipe de football (Étoile sportive dracénoise) au milieu des années 1920. Adhérent du Parti socialiste SFIO en 1930, il représenta la section dracénoise au congrès fédéral de juin 1933. Comme la plupart des socialistes locaux, il resta à la SFIO lors de la scission et représenta la section au congrès fédéral du 3 décembre 1933 où se reconstitua la Fédération socialiste SFIO du Var. Secrétaire adjoint de la section, il conserva cette responsabilité jusqu’en 1958 après avoir été trésorier de la section de la Ligue des droits de l’Homme (1934 -1939).

Marcel Meiffret, élu conseiller municipal, le 5 mai 1935, sur la liste "d’action socialiste et républicaine", avec 1 147 voix sur 2 685 inscrits, membre des commissions des fêtes, des pompes funèbres, du cimetière, des sports, présidait la société musicale « Le Réveil dracénois » (1935-1963) et participait à l’animation de diverses sociétés sportives (gymnastique, football, boules) tout en étant correspondant sportif du Petit Provençal, fonction qu’il conserva après la guerre pendant quelques années pour Le Provençal et République. Il siégea à partir du 14 mai 1939 à la commission exécutive du syndicat CGT des employés des PTT (section du Var). Depuis 1930, il faisait partie de la commission départementale de réforme des PTT et le demeura jusqu’en 1940.

Mobilisé comme télégraphiste en septembre 1939 sur la frontière allemande, réformé en décembre, Marcel Meiffret fut à nouveau mobilisé dans le génie à Montpellier (Hérault) en juin 1940. Comme les autres élus, il fut suspendu de ses fonctions municipales, le 11 décembre 1940. Correspondant sportif du journal Le Var en 1942-43, membre du Parti socialiste SFIO clandestin dès sa reconstitution, résistant (Armée secrète), chef de trentaine (1941), responsable pour les PTT, il participa à diverses actions des réseaux de résistance dans les postes (renseignements, détournements de correspondances, diffusion de la presse, NAP, etc...). Perquisitionné par les Italiens en mars 1943, arrêté par la milice sur le lieu de son travail, le 29 juin 1944, avant son transfert à Marseille, il s’évada le 23 juillet de la prison de Draguignan, avec quatre autres résistants. La Résistance avait organisé cette évasion réussie. Ayant rejoint le maquis « Corps francs de Libération » du Var (chef militaire Vallier), tour à tour secrétaire et intendant du maquis, il prit part aux combats de la Libération en août 1944 jusqu’à la libération d’Hyères, le 21 août.

Membre du Comité local de Libération, Marcel Meiffret fut rétabli dans ses fonctions de conseiller municipal provisoire en octobre 1944 (commissions du personnel, des finances, des œuvres sociales, des sports, des fêtes et du cimetière). Toujours secrétaire adjoint de la section socialiste S.F.I.O., candidat aux élections municipales, le 29 avril 1945, sur la liste "d’Union résistante et républicaine du Parti socialiste et du MLN", il obtint 2 613 voix sur 7 788 inscrits. Avec six autres colistiers, il ne fut pas élu dès le premier tour. Selon la police, pour le deuxième tour, l’accord avec les communistes ne put se faire "avec le concours de manœuvriers habiles". Seuls les sept candidats communistes se présentèrent et furent élus. Selon son témoignage, Meiffret, "écœuré par ces magouilles", ne se présenta pas en 1947. Élu en mai 1953, en 1959, en 1965, en 1971, en 1977, en 1983 (élection invalidée), il exerça les responsabilités de quatrième puis troisième adjoint de 1965 à 1984 (délégué aux travaux, à la voirie, à l’état-civil, tout en s’occupant du marché, des élections et de l’aide sociale). Vice-président du bureau d’aide sociale, administrateur de l’hôpital-hospice jusqu’en 1984, il figura sur la liste d’union de la gauche conduite par le maire sortant, Édouard Soldani qui fut battue aux élections complémentaires générales d’avril 1984.

Marcel Meiffret, représentant du personnel des postes dans diverses commissions départementales, choisit la CGT-FO au début de 1948 et devint responsable de la Fédération syndicaliste des PTT pour la région de Draguignan-Saint-Raphaël, fonction qu’il assura jusqu’à sa retraite en 1966. Secrétaire adjoint de l’Union locale CGT-FO à partir de 1966, il accepta le poste de secrétaire adjoint départemental du groupe des retraités CGT-FO des PTT A partir de 1950, il avait présidé la société mutualiste « Le Tutélaire des PTT » du département et la section "boules" de l’ASPTT.

Les obsèques de Marcel Meiffret se déroulèrent à l’église Notre-Dame du Peuple à Draguignan.

_

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121488, notice MEIFFRET Marcel, Marius, Honoré par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 2 mai 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 1 M 3 1, 2 M 7 35 2, 4 M 49 4 3, 18 M 13, 33, 90, 91, 3 Z 16 8. — Arch. Com. Draguignan. — Arch. Jean Charlot* (Centre d’histoire sociale du XXeme siècle). — Renseignements fournis par l’intéressé.— Notes de Jean-Marie Guillon et de Maurcie Mistre. — Presse locale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément