MEUNIER Gaston, Marcel, Auguste

Par Jacques Girault, Yves-Claude Lequin

Né le 24 juin 1909 à Biefmorin (Jura), mort le 1er novembre 1996 à Lons-le-Saunier (Jura) ; instituteur dans le Jura ; militant syndicaliste ; militant socialiste, conseiller municipal et conseiller général de Saint-Claude.

Fils de cultivateurs, Gaston Meunier reçut les premiers sacrements catholiques. Elève de l’école primaire supérieur de Mouchard, il entra à l’École normale d’instituteurs de Lons-le-Saunier en 1924. Après avoir suivi les cours de la préparation militaire supérieure, il ne se présenta pas à l’examen final. Titulaire du brevet supérieur, instituteur en 1928, il obtint le certificat d’aptitude pédagogique en 1929. Il effectua son service militaire, refusant de suivre les cours d’élèves officiers de réserve. Retrouvant son métier d’instituteur, il fut nommé à Lons-le-Saunier puis à Saint-Claude.

Il se maria religieusement en novembre 1931 à Jeurre (Jura) avec une institutrice. Leurs deux enfants ne reçurent pas d’instruction religieuse.

Gaston Meunier adhéra aux Jeunesses socialistes SFIO puis au Parti socialiste SFIO et exerça des responsabilités locales, animant le comité antifasciste de Saint-Claude En 1938, il soutenait les positions pacifistes de la tendance de Paul Faure.

Meunier milita surtout sur le plan syndical. Adhérent au Syndicat national (CGT) dès son premier poste d’instituteur, gréviste le 12 février 1934 et le 30 novembre 1938, il subit une retenue de salaire de huit jours. Il fut le secrétaire départemental du Syndicat national des instituteurs de 1935 à 1937 dans une section syndicale fusionnée en 1935. Il exerça diverses responsabilités dans la CGT (Unions départementale et locale, collège du travail, création d’un foyer de la jeunesse) et à la Fédération des fonctionnaires. Il anima dans le cadre de la Maison du Peuple de Saint-Claude diverses activités culturelles. Avec son épouse, il accueillit chez lui deux réfugiés espagnols qui furent par la suite hébergés dans le centre d’accueil organisé à Saint-Claude. Il participa à la campagne du SNI contre la guerre en octobre-novembre 1938 et approuva les accords de Munich. Libre-penseur, il adhérait à la Ligue des droits de l’Homme.

Mobilisé à la fin août 1939, il fut « soulagé à la signature de l’armistice », et reprit son poste d’instituteur. Il participa aux luttes de la Résistance dans un groupe de « Combat ».

Après la guerre, Gaston Meunier fut élu en 1945 conseiller général socialiste du canton de Saint-Claude (1945-1951). Il fut battu en 1951 et en 1958. Élu conseiller municipal de cette ville en octobre 1947, il fut réélu en avril 1953. Toutefois, dès cette époque, il s’opposa à la politique suivie par le Parti socialiste SFIO auquel il reprochait d’abandonner, en acceptant les apparentements, les principes de laïcité. En 1950, après son exposé, la section socialiste de Saint-Claude vota la motion Edouard Depreux demandant le retrait des ministres socialistes du gouvernement. Plus tard, il critiqua l’attitude du Parti à l’égard de la guerre d’Algérie. Sans doute pour ces raisons, il démissionna du conseil municipal en décembre 1958. Il quitta le Parti socialiste SFIO pour rejoindre le Parti socialiste autonome en 1959, puis entra au Parti socialiste unifié à sa fondation. Membre de la commission exécutive de la fédération PSU, secrétaire de la section PSU de Saint-Claude en 1960, il en était le trésorier en 1967. En 1964, il fut radié des listes électorales de Saint-Claude et inscrit sur celle de Montaigu (Jura).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121990, notice MEUNIER Gaston, Marcel, Auguste par Jacques Girault, Yves-Claude Lequin, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 24 avril 2021.

Par Jacques Girault, Yves-Claude Lequin

SOURCES : Arch. Nat. F/1a/3228, F/1cII/204, 285, 292, F/1cIV/153 ; 581AP/119 ; Archives Daniel Mayer*, 3 MA 28. — Arch. Dép. Jura, M suppl. 46. — Arch. Com. Saint-Claude (Véronique Blanchet-Rossi). — Fichiers adhérents du PSU. — Renseignements fournis par l’intéressé à J. Girault. — Témoignages de C. Masson* et de M. Bruillard*. — DBMOF notice par Y.-Cl. Lequin. — Notes de Gilles Morin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément