MICHINEAU Gabriel (père)

Par Jacques Omnès

Instituteur en Mayenne ; militant syndicaliste de la FNSI puis de la FUE.

En janvier 1908, Gabriel Michineau, qui était alors secrétaire de la section syndicale créée en 1905 par les instituteurs de la Mayenne, fut convoqué à l’inspection d’académie (voir Augustin Basile*). Sommé de dissoudre la section, il s’y refusa. Il resta vraisemblablement membre du conseil syndical et secrétaire de la section jusqu’à l’assemblée générale du 14 mai 1910 (voir Louis Cesbron*). A celle du 3 juin 1911, il fut à nouveau élu au conseil syndical pour deux ans. N’étant pas immédiatement rééligible, il quitta cette instance à l’assemblée générale du 10 mai 1913.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les instituteurs démobilisés décidèrent le 3 avril 1919 à l’unanimité de transformer la section syndicale en un « syndicat des membres de l’enseignement laïc du département de la Mayenne ». Le 13 avril 1920, Michineau fut, avec Basile Augustin, élu au conseil départemental de l’enseignement primaire. Michineau était alors instituteur à La Haie-Traversaine.

Un an après, lui-même et Augustin démissionnèrent pour protester contre la dissolution du syndicat prononcée en application de la circulaire ministérielle du 1er juin 1920 (voir Joseph Blanche*). Le 7 juillet 1921, ils furent réélus avec une avance nettement renforcée (Michineau : 215 voix ; Augustin : 210 voix) sur les amicalistes (107 et 103 voix). Entre temps, une section syndicale s’était substituée au syndicat dissous.

Au début de 1922, Michineau démissionna avec les autres conseillers départementaux pour protester contre la révocation de l’institutrice parisienne Marthe Bigot*. Le 22 février, lui-même et Augustin furent réélus avec 224 voix chacun, cette fois sans la concurrence des ex-Amicalistes, désormais adhérents au Syndicat national, qui s’étaient abstenus de représenter leurs candidats.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article122230, notice MICHINEAU Gabriel (père) par Jacques Omnès, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 16 septembre 2022.

Par Jacques Omnès

SOURCES : L’Émancipation de l’instituteur, décembre 1910, juillet 1911, mai et juin 1913, mars 1920, juillet 1921, mars 1922. — L’Avenir de la Mayenne, 25 avril 1920.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément