MIGUEL Édouard

Né le 13 octobre 1911 à San-Sebastian (Espagne), mort le 9 juin 1981 à l’hôpital de Dreux (Eure-et-Loir) ; artisan plombier ; militant communiste à Colombes (Seine), puis en Eure-et-Loir ; dirigeant de la CGUA.

Venus en France en 1917, les parents d’Édouard Miguel travaillèrent en Gironde et dans la Somme, avant de se fixer à Colombes (Seine) en 1926. Le jeune Édouard apprit le métier de plombier chez son père et fut ensuite employé de bureau à la maison Lambert à Nanterre.

Ayant obtenu la nationalité française en 1931, il fit son service militaire dans la Marine à Toulon. De retour à la vie civile, il reprit le travail avec son père et, partageant également ses idées, il adhéra en 1934 à la cellule de Colombes des Jeunesses communistes. Très actif, il devint, à la fin de 1935, secrétaire du rayon qui regroupait alors les cellules de Colombes et de Bois-Colombes. Pendant la guerre d’Espagne, il participa avec son père, en 1936 et 1937, au recrutement de volontaires pour combattre les troupes franquistes.

Mobilisé en septembre 1939 dans la Marine à Toulon, il fut démobilisé en juillet 1940. Durant l’Occupation, il adhéra au Front national. Le 29 avril 1945, il fut candidat au premier tour des élections municipales à Colombes, sur la liste présentée par le Parti communiste. Édouard Miguel fut chef de service au ministère de l’Air, pendant la période où Charles Tillon* était ministre (21 novembre 1945-8 mai 1947).

Membre, en 1949, du bureau de la Confédération générale unifiée de l’artisanat (CGUA) qui avait été créée trois ans plus tôt, il en fut le secrétaire général de 1959 à 1970.

En raison de l’état de santé de son fils, il fut contraint, en 1964, de quitter Asnières (Seine), où il était domicilié depuis 1953, pour Bû (Eure-et-Loir). Il continua à exercer son activité d’artisan-plombier et constitua, non sans difficulté, une section du Parti communiste et une section de la CGUA dans le canton d’Anet. Il devint membre du bureau de la Fédération communiste d’Eure-et-Loir. Candidat au premier tour des élections cantonales du 8 mars 1970 dans le canton d’Anet, il se retira au profit du socialiste qui fut battu de justesse par le candidat de la droite.

Édouard Miguel prit sa retraite en 1976 mais ne cessa pas pour autant ses activités. Toujours sensible aux problèmes des artisans, il fit partie du conseil d’administration de la Caisse régionale artisanale vieillesse Ile-de-France Ouest (CRAVIFO).

Édouard Miguel épousa Suzanne Lenoir en 1935 à Colombes, puis Reine Roy en 1959 à Sceaux. Chaque couple eut deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article122292, notice MIGUEL Édouard , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

SOURCES : La Voix populaire, 8 mai 1936. — L’Action républicaine, 10 mars 1970. — Témoignages de Reine Roy et de militants, recueillis par Louis Bonnel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément