MOCQUARD Julien

Par Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule

Né le 27 janvier 1877 à Gourdon (Lot), mort le 3 novembre 1953 à Gennevilliers (Seine, Hauts-de-Seine) ; mécanicien ; socialiste puis communiste ; adjoint au maire de Gennevilliers.

Fils d’un maréchal-ferrant et d’une couturière, Julien Mocquard était, selon Waldeck L’Huillier, « un brave homme, courageux et intègre, respecté de tous, le symbole même du travailleur probe et dévoué. (...) il dégageait une impression de force tranquille ».

Mécanicien à la Société Éclairage, chauffage et force motrice, révoqué à la suite des grèves de 1920, il resta longtemps sans travail avant d’être réintégré d’abord à Paris puis à Clichy (Seine). Domicilié à Gennevilliers, il fut élu le 30 novembre 1919 conseiller municipal socialiste dans la seconde section et rallia les rangs du Parti communiste après le congrès de Tours (décembre 1920). Ayant en vain brigué un siège au scrutin de 1925, Julien Mocquard retrouva sa place au conseil à l’occasion des élections du 7 mars 1926. Candidat évincé au conseil général de la Seine au début du mois de décembre 1929 (canton d’Asnières), il fut réélu conseiller de Gennevilliers quelques jours plus tard lors d’élections complémentaires.

Julien Mocquard fut candidat sur la liste du Bloc ouvrier et paysan aux élections législatives de mai 1932 dans la 5e circonscription de l’arrondissement de Saint-Denis. Il obtint et 7 654 suffrages (32,2 %) au second sur 23 726 inscrits. Devenu le 26 octobre 1934 l’adjoint du maire Jean Grandel, il fut reconduit en mai 1935 dans ses fonctions. Délégué sénatorial en 1935 et 1938, il fut déchu le 9 février 1940 de son mandat par le conseil de préfecture pour appartenance au Parti communiste.

Selon un rapport de la police en date du 25 mai 1941, Mocquard, « âgé et malade, a cessé toute activité et tout contact avec les éléments communistes ». Il rejoignit néanmoins la Résistance et fut vice-président du conseil municipal provisoire de Gennevilliers (arrêté du 20 octobre 1944). Il fut à nouveau plébiscité en 1945 et en 1947 et désigné comme premier adjoint. Il mourut quelques mois après la fin de son mandat.

Julien Mocquard s’était marié en 1903 à Clichy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article122532, notice MOCQUARD Julien par Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 8 janvier 2017.

Par Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule

SOURCES : RGASPI, 495 270 8451, autobiographie, décembre 1932, . — Arch. Dép. Seine, DM3 ; versement 10451/76/1. — PPo. 101. — G. Lachapelle, Les élections législatives, op. cit.La Banlieue ouest, n° spécial, octobre 1934. — W. L’Huillier, Combats pour la ville, Éd. sociales, 1982. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément