MODIANO Hélène [née SCHULHOF Hélène]

Par Justinien Raymond

Née le 22 janvier 1909 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), morte le 5 février 2004 au Vésinet (Yvelines) ; enseignante ; militante socialiste, à la SFIO puis au PSOP.

Fille d’un professeur agrégé de l’Université, Hélène Schulhof, licenciée et diplômée d’études supérieures, après des études aux lycées Victor-Duruy, Henri-IV et en Sorbonne, prépara l’agrégation des lettres au collège Sévigné. En khâgne, elle connut René Modiano dont elle partageait les idées et qu’elle épousa en 1931.

Entrée avec lui à la XIVe section de Paris du Parti socialiste SFIO, elle appartint au Comité national des femmes socialistes et au comité directeur du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. Elle défendit toujours, avec son mari, un socialisme révolutionnaire et pacifiste, d’abord dans la tendance de la Bataille socialiste puis dans celle de la Gauche révolutionnaire, dans la presse et dans les brochures de propagande. Elle écrivit également dans La Tribune des Femmes socialistes. En 1936, le Parti socialiste édita ses brochures, Les Militaires contre la Nation. Le Service de deux ans et la course aux armements, et Les Munitionnaires contre la nation.

Après le congrès socialiste de Royan (1938), Hélène Modiano et son mari adhérèrent au Parti socialiste ouvrier et paysan de Marceau Pivert. Elle écrivait dans son journal Juin 36.

Marceau Pivert, parti aux États-Unis le 23 août 1939, pour assister au congrès de l’Independent Labour League of America et y prononcer une série de conférences, devait rester aux États-Unis, si la guerre était déclarée. Quant à René et Hélène Modiano, ils se trouvaient à Oslo en Norvège, avec pour mission d’y faire fonctionner, en liaison avec Daniel Guérin, un secrétariat international du FOI (Front ouvrier international).

René Modiano fut arrêté en avril 1940 par les autorités allemandes et libéré huit mois plus tard, en vertu des décisions de la commission d’armistice de Wiesbaden. Le couple Modiano demeura ensuite à Oslo où ils enseignèrent, elle le français. La paix rétablie, elle cessa de militer.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article122535, notice MODIANO Hélène [née SCHULHOF Hélène] par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 18 novembre 2021.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Jean-Paul Joubert, A Contre-courant : le Pivertisme. De la « vieille maison » au « Parti révolutionnaire », Thèse, Institut d’études politiques de Grenoble, 1972. — Compte rendu du congrès national de la SFIO à Marseille (1937). — État civil. — Fichier des décès de l’INSEE. — Notes de Julien Chuzeville et d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément