MONTAROU Raymond

Par Nadia Ténine-Michel

Né le 9 janvier 1899 à Paris (XIVe arr.), mort le 9 mai 1980 à Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre) ; carossier, puis cafetier ; militant syndicaliste ; militant communiste ; conseiller municipal (1929-1940, 1945).

Fils d’un limeur et d’une journalière, Raymond Montarou fréquenta l’école jusqu’à l’âge de douze ans puis entra en apprentissage chez un carrossier de Courbevoie (Seine), travailla dans trois entreprises successives avant d’être incorporé en mars 1918 à Laval. Il fut envoyé au front en octobre 1918, puis fut démobilisé à Melun en avril 1921 mais rappelé en 1923 pour l’occupation de la Ruhr. Il s’était marié en 1920 à Bezons et eut une fille.

Carrossier jusqu’en 1936, il milita au syndicat des Métaux CGT de 1933 à 1935 et adhéra au Parti communiste en 1935. Il avait été élu dès 1929 conseiller municipal de Bezons (Seine-et-Oise) sur la liste communiste et réélu en 1935. En 1936, il s’établit cafetier-restaurateur. Il fut déchu de son mandat en 1939.

Le 30 avril 1940, il fut mobilisé à Saint-Benoît puis à la 5e compagnie de travailleurs militaires à Roybou (Isère) puis finalement interné au camp de Fort-Barraux. Le préfet de Seine-et-Oise s’opposa à plusieurs reprises à sa libération qui fut finalement ordonnée par le secrétaire d’État à la police le 26 mai 1942.

Revenu à Bezons, Raymond Montarou fut réélu conseiller municipal en 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article122872, notice MONTAROU Raymond par Nadia Ténine-Michel, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Nadia Ténine-Michel

SOURCES : Arch. Dép. Seine-et-Oise, 2 M 30/68, 1 W 141, 221, 1036. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément