MORGAND Jules, Henri

Par Jean-Jacques Doré

Né le 6 janvier 1876 à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; terrassier ; syndicaliste de la CGT, de la CGTU puis de la CGT syndicaliste révolutionnaire ; communiste.

Fils d’un maçon et d’une tisseuse, Jules Morgand, trésorier de la section des Terrassiers de Rouen de 1916 à 1921, cumula cette fonction avec celle de trésorier du syndicat général de Bâtiment en 1920. L’organisation dirigée par Lucien Chardon puis Julien Le Moy comprenait cinq sections professionnelles (peinture, maçonnerie, couverture, charpente et terrasse) et trois sections géographiques (Grand-Quevilly, Saint-Etienne-du-Rouvray et Oissel).

En 1921, Morgand, membre du Comité syndicaliste révolutionnaire (CSR) de Rouen donna son adhésion à la SFIC (Parti communiste) et, avec l’ensemble du syndicat du Bâtiment, il rejoignit la CGTU en 1922 ; il fut élu secrétaire de la section Terrasse qu’il dirigea jusqu’en 1927. A cette date, les sections furent supprimées et Morgand profita de l’occasion pour fonder un syndicat unitaire à part entière des Terrassiers de Rouen.

Secrétaire de l’organisation jusqu’en 1932, il fit voter par la majorité des adhérents le passage à la CGT syndicaliste révolutionnaire en 1933 ; Louis Romona fut élu secrétaire et Jules Morgand, trésorier. La scission provoqua bien des défections et le nouveau syndicat disparut en 1934.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article123153, notice MORGAND Jules, Henri par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 8 septembre 2020, dernière modification le 8 septembre 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime, 10 MP 1337 Grèves 1921-1924, 1 MP 343 dossiers individuels des membres du PCF de L à Z, 10 MP 1406 Bureaux syndicaux 1920. — Arch. Com. Rouen 7 F 3 Syndicats, Unions locales, affaires générales. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément