NAVANT Louis

Par Jean Lorcin et Gérard Raffaelli

Né le 9 janvier 1907 à Firminy (Loire), fils d’un métallurgiste, Louis Navant, mineur de fond marié en 1929, autodidacte syndicaliste révolutionnaire, fut un élève studieux, puis un « remarquable conférencier » (Jean Duperray, in : Les Lettres nouvelles, juin-juillet-août 1964, pp. 128-130) du cercle d’études de Firminy dépendant du Collège du Travail fondé à Saint-Etienne par Urbain Thévenon. Il put y suivre le cours de Simone Weil* « Aperçus sur le marxisme ».

Secrétaire adjoint du Conseil syndical des Mineurs, il entra à l’Union locale, puis à la Commission exécutive de l’Union départementale..

Il déploya une grande activité pour redresser le syndicat CGT des Métaux de Firminy qui, tombé à trente adhérents en 1930, vit passer le nombre de ses membres à 3 500 en 1936. Il s’était opposé souvent assez fermement aux syndicats unitaires et, après la réunification, combattit pour l’autonomie du syndicalisme. En 1936, il succéda à Antoine Grand à la tête de la Bourse du Travail de Firminy. Son activité s’étendait aux cours du Foyer d’éducation Laïque. Il fut en outre délégué cantonal.

Mobilisé en 1940, considéré comme dangereux, il se vit refuser par les autorités militaires son maintien dans le département. Caporal au 9e régiment de zouaves, il fut tué le 5 juin 1940 à Guny (Aisne), au cours de la débâcle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article123750, notice NAVANT Louis par Jean Lorcin et Gérard Raffaelli, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Jean Lorcin et Gérard Raffaelli

SOURCES : Arch. Dép. Loire, 2 W 31. — Le Cri du peuple, 25 janvier 1936. — L’Écho syndicaliste, février 1936. — La Tribune, 6 et 13 juin 1936, 1er octobre 1938. — La Révolution prolétarienne, 25 octobre 1936. — La Voix syndicaliste, août 1937, mai 1938. — Au Travail, 1er février 1941 (« Chez les Mineurs de Firminy »), 19 avril 1941 (J. Pichon, « Louis Navant »). - Papiers Thévenon. Renseignements communiqués par Jean Maitron, d’après Le Mémorial de l’Insurgé, transmis par J. Duperray. — Henry Destour, Les syndicalistes révolutionnaires et le mouvement syndical dans le département de la Loire entre les deux guerres mondiales. Aperçu des luttes de tendances dans les syndicats ouvriers de la Loire entre les deux Guerres mondiales, Mémoire de Maîtrise-Histoire, Saint-Etienne, 1971, 131 p. — Simone Pétrement, La vie de Simone Weil, Fayard, 1973, 1. 1909-1934, 446 pages ; 2. 1934-1943, 526 pages.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément