NAVILLE Claude, Antoine, Stéphane

Par André Cuenot

Né le 13 octobre 1908 à Paris (VIIe arr.), mort le 22 décembre 1935 au sanatorium de Sancellemoz, commune de Passy (Haute-Savoie). Secrétaire d’éditeur ; militant communiste oppositionnel, puis dirigeant de la Gauche communiste.

Claude Naville milita au Parti communiste et à la Jeunesse communiste à partir de 1926. Évoluant, comme son frère Pierre Naville, vers l’opposition trotskyste, il rejoignit le groupe réuni autour de la Vérité, fondé le 15 août 1929. Il fut aussi secrétaire d’A. Gide pendant quelque temps. Devenu militant de la Ligue communiste, créée en avril 1930, il combattit en son sein pour une conception large du travail syndical et des relations entre l’Opposition unitaire et les syndicats. N’ayant pas eu gain de cause et, d’autre part, de nouvelles divergences avec la Ligue ayant surgi, Claude Naville soutint ceux qui, avec Michel Collinet(voir ce nom), démissionnèrent le 12 avril 1931.

Il fonda, avec ce groupe, le Bulletin de la gauche communiste, dont il devint le gérant. Ce mouvement, qui se composait de Daniel Lévine, M. Collinet, [André Ariat , Pierre Gourget et lui-même, comptait comme animateur principal Alfred Rosmer. Après une vaine tentative de rapprochement avec la Ligue, en octobre 1931, Claude Naville constitua en novembre la Gauche communiste et devint gérant de son organe le Communiste. Étant l’un des principaux dirigeants de ce groupe, il prit différents contacts internationaux, notamment avec Kurt Landau. La Gauche communiste fusionna, en 1933, avec d’autres groupes oppositionnels, notamment avec les dissidents du 15e rayon de la région parisienne du PC, et Naville participa, en novembre, à la constitution de l’Union communiste. Voir Gaston Davoust.

En 1935, Claude Naville entra en sanatorium. Il continua toutefois à militer, avec Roger Christophe , contribuant notamment à la constitution du syndicat des personnels des hôtels et restaurants dans la région. Ce fut au sanatorium qu’il écrivit dans le courant de l’été sa brochure André Gide et le communisme, terminée le 20 novembre 1935 et qui parut en juin 1936, avec une préface de son frère, à la Librairie du Travail.

Le 22 décembre, Claude Naville mourut au lendemain d’une opération. La presse oppositionnelle se fit l’écho de son décès, l’Internationale précisant qu’il aidait avec "persévérance" l’Union communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article123771, notice NAVILLE Claude, Antoine, Stéphane par André Cuenot, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par André Cuenot

ŒUVRE : André Gide et le communisme, suivi d’études et fragments, Librairie du Travail, 1936, 145 p.
SOURCES : L. Trotsky, Le Mouvement communiste en France, notes de P. Broué, Paris, 1967. — J. Pluet-Despatin, Les étapes du mouvement trotskyste de 1929 à 1944, Thèse de IIIe cycle, Paris I, 1975. — Le Communiste, suivi du Bulletin mensuel de la fraction communiste de gauche (1931-1933). — La Vérité, 27 octobre 1929, 27 décembre 1935. — L’Internationale, 10 janvier 1936.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément