NÉDÉLEC Lucien

Par Daniel Grason, Jean Maitron

Né le 22 janvier 1909 à Paris (XVIIIe arr.) ; ouvrier tôlier ; membre des Jeunesses communistes, combattant volontaire en Espagne républicaine.

Lucien Nédélec demeurait 5, rue Ordener, à Paris XVIIIe arr., il suivit l’école primaire, obtint son CEP, fut réformé pour asthme. Lucien Nédélec, frère de Charles Nédélec , fut membre du comité central des Jeunesses communistes à l’issue du congrès des 6-10 novembre, trésorier général jusqu’en 1937. Secrétaire de cellule, membre du Bureau régional du parti communiste Paris-Nord, membre de la CGT, il était responsable syndical chez Renault.

Célibataire, il arriva en Espagne le 18 octobre 1937, il appartint au 10e bataillon de la XIVe Brigade internationale, devint rédacteur de la publication de l’édition française des Brigades, Le Volontaire de la Liberté. La commission des cadres d’Albacete l’apprécia comme : « Fort politiquement. Très bon camarade. Travaille bien. Jugement juste. À tendance à rabaisser certaines choses à des questions personnelles. N’est pas un entraîneur. Très studieux ». Son rapatriement eut lieu le 13 novembre 1938.
Il se trouvait à Marseille (Bouches-du-Rhône) à la veille de la guerre et habitait dans le quartier ouvrier de la Belle-de-Mai. Dans la notice qu’elle lui consacrait le 27 décembre 1941, la police considérait qu’il n’avait pas répudié le communisme et qu’il était, « de source certaine », membre du parti clandestin et de la commission d’enquête que celui-ci avait créée. Son internement était proposé. Il avait été acté par un arrêté signé le 20 décembre 1941. Il fut envoyé au camp de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn). On ne sait quand il fut libéré. Le fait est qu’il figurait sur la liste noire publiée par un numéro spécial de Rouge Midi en juillet 1942 comme suspect proche du groupe de joseph Pastor*, un communiste ayant créé un groupe de résistance dissident du PC. Il était qualifié également d’"élément dégonflé". Son dossier de Résistance conservé au SHD le rattache au Front national, ce qui, généralement, recouvre un engagement au parti communiste clandestin.

NÉDÉLEC Lucien dit Pierre Mallet voir DBK

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article123804, notice NÉDÉLEC Lucien par Daniel Grason, Jean Maitron, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 11 janvier 2021.

Par Daniel Grason, Jean Maitron

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, 5 W 213. — Arch. AVER. – RGASPI 545.6.1044, BDIC mfm 880/2 bis ; RGASPI 545.6.1332, BDIC mfm 880/27. – site Mémoire des hommes SHD Vincennes GR 16 P 441595 (à consulter). — Skoutelsky Rémi, L’espoir guidait leurs pas, Paris, Grasset, 1998. – notes Jean-Marie Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément