NÉDÉLEC Raymonde, Marie [née BARBÉ Raymonde, épouse TILLON Raymonde]

Par Antoine Olivesi, Gérard Leidet

Née le 22 octobre 1915 à Puteaux (Seine, Hauts-de-Seine), morte le 17 juillet 2016 ; employée, militante communiste, députée et conseillère générale de Marseille après la Libération. Épouse de Charles Nédelec puis de Charles Tillon ; résistante.

Raymonde Barbé, fille d’un employé au métropolitain, passa une partie de son enfance dans un orphelinat religieux de la région parisienne après avoir perdu ses parents à l’âge de cinq ans. Elle rejoignit son et vint habiter Arles (Bouches-du-Rhône) chez sa sœur, mariée à un militant communiste. Militante des Jeunesses communistes, elle adhéra elle-même au Parti communiste en 1932 et y organisa la section locale de l’ Union des jeunes filles de France.
En 1936, elle épousa Charles Nédélec - secrétaire général de l’UD-CGT (1936-1939), et responsable communiste de la Fédération des Bouches-du-Rhône aux côtés de François Billoux - qu’elle avait connu lors d’une de ses tournées de propagande syndicale et vint s’établir avec lui à Marseille. Là, elle participa aux diverses actions menées par le PC et la CGT sous le Front populaire et devint en 1939 membre du comité d’honneur des JFF.

La guerre sépara les deux époux qui ne devaient jamais plus se revoir. En effet, Charles Nédélec fut fait prisonnier en juin 1940 et, lorsqu’il réussit à revenir en France en septembre 1941, Raymonde avait déjà été arrêtée sur dénonciation , le 31 mars. Elle avait été condamnée à 20 ans de travaux forcés par le tribunal maritime de Toulon et à 20 ans d’interdiction de séjour. Emprisonnée successivement à Marseille, à Toulon, à Lyon, à Marseille de nouveau, puis enfin à Rennes, elle fut livrée aux Allemands en juin 1944. Déportée au camp de Sarrebrück, puis à celui de Ravensbrück en avril 1944, condamnée aux travaux forcés, elle fut affectée dans les usines de guerre de Leipzig où elle organisa le travail de sabotage. Evacuée du Kommando de Leipzig dépendant du camp de Buchenwald au moment de la retraite des troupes allemandes, elle put s’évader le 20 avril 1945 avec un groupe de cinq camarades d’une colonne de femmes et revint à Marseille le 19 mai suivant. « Quand je suis revenue à Paris, pesant à peine 35 kg, j’ai appris le décès de mon mari, mort d’épuisement dans la Résistance », confiera-t-elle dans son livre autobiographique J’écris ton nom, Liberté, publié en 2002.


Employée à l’Union départementale CGT des Bouches-du-Rhône, Raymonde Nédélec y fut nommée responsable de la commission féminine, chargée de défendre les intérêts des femmes syndiquées. En septembre 1945, elle fut élue conseillère générale du 6e canton de Marseille battant le candidat MRP. Un mois plus tard, elle fut élue député de la 1re circonscription des Bouches-du-Rhône, sur la liste Billoux-Rhône, sur la liste Billoux- Cristofol où elle figurait en troisième position, à l’Assemblée constituante et réélue à deux reprises, en juin 1946 puis en novembre, à l’Assemblée nationale. Dans cette période elle fit la connaissance de Charles Tillon, député PCF de Seine-Saint-Denis, ancien mutin de la mer Noire, chef de la Résistance communiste et ministre du Général De Gaulle entre 1944 et 1947.

Le 12 novembre 1947, elle participa aux manifestations organisées à Marseille par la CGT et le PC pour libérer des militants communistes arrêtés à la suite d’une grève. Ce fut elle qui, juchée sur un camion, invita la foule rassemblée autour du palais de justice à se rendre à l’hôtel de ville pour venir en aide aux conseillers municipaux communistes menacés par les gaullistes et, selon ses propres souvenirs, cette foule immense déborda le service d’ordre des CRS.

En 1948, elle ne fut pas représentée au conseil général. Elle ne fut pas candidate à l’Assemblée nationale en 1951, année où le PC perdit un siège par suite du système des apparentements. Aucune « explication plausible » ne lui avait été donnée lorsque le PCF décida en 1950 de ne pas renouveler sa candidature.
Devenue depuis 1951 l’épouse de Charles Tillon, elle soutint ce dernier dans l’épreuve, malgré les pressions dont elle fut l’objet, lorsqu’il fut accusé en 1952, avec André Marty, d’activité fractionnelle. Elle quitta son emploi à la mairie de Drancy pour le suivre dans un petit village des Basses-Alpes, Montjustin, après leur éviction des instances dirigeantes du Parti ; puis à Aix-en-Provence, où elle résida plusieurs années et où elle fut exclue avec lui du PC le 3 juillet 1970. Tous deux avaient fermement désapprouvé l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie. Elle protesta publiquement contre cette exclusion, par une lettre écrite au secrétaire de la section communiste d’Aix, à laquelle elle appartenait et qui fut publiée dans Unir, le 10 septembre 1970. Son message se concluait par ces lignes : « Que ceux qui sont solidaires aujourd’hui du groupe Marchais sachent que si je suis restée communiste dans les camps de la mort, je demeure solidaire de tous les communistes qui, en Tchécoslovaquie comme en France, luttent pour l’union de toutes les forces, dont le combat vaincra le nouvel esprit de démission ou de résignation qui sert sournoisement toutes les forces de réaction hostiles à la liberté de chaque peuple à devenir maître chez lui pour assumer l’avenir. »

Raymonde Tillon se retira en Bretagne, avec Charles Tillon, à l’automne 1974.
Dernière survivante des trente-trois femmes élues à l’Assemblée constituante de 1945 - une première dans l’histoire politique de la Nation française - elle témoigna devant la presse à l’occasion du soixantième anniversaire des premières élections de l’après-guerre : « Les femmes étaient reconnues comme des citoyennes, en tenant compte de leur travail dans la Résistance ».
Raymonde Nédélec avait épousé Charles Tillon en 1951 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) ; le couple a eu deux filles, Itéa (1950) et Nadia (1952).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article123805, notice NÉDÉLEC Raymonde, Marie [née BARBÉ Raymonde, épouse TILLON Raymonde] par Antoine Olivesi, Gérard Leidet, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 19 septembre 2017.

Par Antoine Olivesi, Gérard Leidet

OEUVRE : J’écris ton nom, Liberté, 2002.

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 2 III 1 ; III M 57. — Rouge-Midi, 19 mai 1939, 9 septembre (biographie et photo), 20 octobre 1945. — La Marseillaise. — Henri Coston, Dictionnaire de politique française, op cit. t. II, p. 644. — Maurice Agulhon et Fernand Barrat, CRS à Marseille, Paris, 1971, p. 147. — Charles Tillon, Un procès de Moscou à Paris, préface de Raymond Jean. — Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, R. Laffont, 1977, p. 484, 495, 496, 522, 538, 539, 542, 547. — Témoignages de César Matton, Pierre Gabrielli, Frédéric Roux-Zola et Paulette Laugery. — Notes de Gérard Leidet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément