NICOLAS Victor, Edmond

Par Jacques Girault

Né le 2 février 1906, à Brignoles (Var), mort le 16 juillet 1979 à Montmeyan (Var) ; sculpteur et professeur de dessin ; militant communiste jusqu’en 1939, adjoint au maire de Montmeyan.

Victor Nicolas en 1950
Victor Nicolas en 1950
Cliché fourni par la famille

Son père, instituteur à Brignoles (Var), devenu professeur de sciences et de mathématiques à l’école primaire supérieure de Lorgues (Var), décéda des suites de blessures de guerre en septembre 1918. Sa mère, institutrice à Brignoles, exerça à Lorgues puis à Toulon. Victor Nicolas, pupille de la Nation depuis novembre 1918, obtint le baccalauréat au lycée de Toulon. Il suivit, à Paris, les cours de l’Ecole des Arts décoratifs, puis des Beaux-Arts (atelier de sculpture de Paul Landowsky). Il obtint plusieurs prix, fut retenu à deux reprises comme logiste pour le prix de Rome et exécuta, après concours, le buste du monument à Jean Aicard à Toulon, œuvre détruite par les Allemands pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Nicolas effectua le service militaire à Marseille et se maria, en juillet 1933 à Paris (Xeme arr.) avec une élève d’un atelier de sculpture. Avec sa femme et son fils, il alla vivre à Montmeyan où sa mère, retraitée, s’était retirée dans la propriété familiale. Exploitant cette propriété, employé comme sculpteur aux carrières de marbre de Montmeyan, il travaillait aussi dans son atelier de sculpture et réalisa notamment un buste du félibre François Raynouard à Brignoles.

Nicolas fut élu conseiller municipal, le 5 mai 1935, avec 60 voix sur 102 inscrits (première position). Ayant obtenu deux voix lors de la désignation de l’adjoint, il devint délégué sénatorial suppléant en octobre 1935.

Nicolas adhéra au Parti communiste en 1935. Secrétaire de la cellule du village, il devint membre du comité de la section de Barjols. Candidat pour le siège de conseiller général du canton de Tavernes, il obtint, le 11 avril 1937, 201 voix sur 636 inscrits. Le 10 octobre 1937, à nouveau candidat pour le Conseil d’arrondissement, seul adversaire du socialiste SFIO, il réunit 137 voix sur 629 inscrits. Mobilisé à Nice au début de la guerre, il revint à Montmeyan après l’armistice. Démissionnaire du Parti communiste à la suite du pacte germano-soviétique, il ne fut pas révoqué de son mandat de conseiller municipal.
Faisant fonction d’adjoint au maire, il reçut, au début de juillet 1944, la charge de la commune après la démission du premier magistrat. Il participait alors aux actions des résistants locaux. Aussi, président du Comité local de Libération, fut-il désigné par le Comité départemental de Libération et le préfet à la tête de la délégation municipale de Montmeyan. Elu premier adjoint en mai 1945, il fit fonction de maire en attendant le retour du maire, Clément Denans*, prisonnier en Allemagne. En 1946, il fut désigné juge de paix suppléant du canton de Tavernes.

Nicolas fut chargé d’exécuter le monument aux victimes de la Résistance au Bessillon sur la route de Barjols à Pontevès. En 1946, sculpteur pour un an de la ville de Nice, il exécuta diverses œuvres, notamment au théâtre de Verdure). Il devint professeur de dessin à l’école des Beaux-Arts de Toulon en 1956 et y exerça jusqu’en 1976. Il conservait alors ses sympathies au Parti communiste français.

Nicolas fut enterré civilement. Des photographies de son œuvre et de Nicolas au travail figurent dans le site Internet figurant dans les sources.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article123970, notice NICOLAS Victor, Edmond par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 15 novembre 2013.

Par Jacques Girault

Victor Nicolas en 1950
Victor Nicolas en 1950
Cliché fourni par la famille

SOURCES : Arch. Dép. Var, 2 M 3 52, 5 291, 6 24, 7 M 35 3, 4, 4 M 59 4 4. — Renseignements communiqués par la veuve et le petit-fils de l’intéressé, par la mairie de Montmeyan, par Marius Autran* et Jean-Marie Guillon. — Site Internet http://fr.wikipedia.org/wiki/Victor_Nicolas.

Iconographie : Victor Nicolas dans son atelier en 1950 ; Photo à la fin des années 1930.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément