NOLL Marcel

Né le 17 décembre 1902 à Strasbourg (Bas-Rhin), mort le 5 janvier 1937 sur le front de Madrid ; surréaliste ; volontaire en Espagne républicaine.

Fils de Marcellus Noll et de Louise Antoinette Ruble, Marcel Noll, volontaire mosellan en Espagne républicaine, partit en octobre 1936. Il fut tué le 5 janvier 1937 sur le front de Madrid.

Il semble qu’il s’agisse de Marcel Noll, entré jeune en contact avec Breton et Éluard par l’intermédiaire de Denise Lévy, née Kahn, amatrice d’art, qui habitait comme lui Strasbourg (Haut-Rhin) et était une cousine de Simone Breton (Denise Lévy sera la compagne puis l’épouse de Pierre Naville*). Le nom de Noll apparaît au sommaire de la revue La Révolution surréaliste dès le premier numéro (1924). Journaliste, il écrit et signe parfois (en 1925) la revue des revues dans les colonnes de L’Humanité. Faisant du courtage de tableaux, il exerça des responsabilités à la Galerie surréaliste qui avait été ouverte en mars 1926. Il travailla plus tard à L’Humanité de Metz, édition en langue allemande. Dans une lettre à Breton de 1932, il indique qu’il y donne des échos de l’activité surréaliste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article124129, notice NOLL Marcel , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 26 avril 2021.

SOURCES : Arch. AVER. — Correspondance Breton-Eluard, notes de Étienne-Alain Hubert. État civil en ligne cote 4 E 482/373, 4 E 482/374, vue 277, acte 4500.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément