NOUVIAN Camille, Georges, Émile

Né le 19 avril 1887 à Soissons (Aisne), mort le 25 janvier 1970 à Oran (Algérie) ; médecin ; militant et élu communiste de la Marne.

Fils d’Émile Nouvian, employé des Ponts et Chaussées, et de Marthe Lepaon, sans profession, Camille Nouvian fit ses études à la Faculté de médecine de Paris où il soutint en 1912 une thèse sur L’opération césarienne extrapéritonéale, ou accouchement suprasymphysaire.
Médecin, militant communiste, il fut candidat aux élections législatives de 1928 dans la deuxième circonscription de Reims et obtint 3 862 voix au premier tour (sur 25 122 inscrits) et 3 657 au second. L’année suivante, il fit un voyage en URSS. Il était en 1932 secrétaire du rayon communiste de Fismes (Marne) groupant quatre cellules et 47 adhérents. Il était assisté de Félix Prunis, trésorier.
Nouvian devint conseiller municipal de Fismes lors des complémentaires de mars 1934 mais ne fut pas réélu en mai 1935.
Arrêté après l’interdiction du Parti communiste il passe de prison en camps : prison de Reims, camp du château du Sablou, camp de Saint-Paul-d’Eyjeaux, puis envoyé en Algérie au camp de Djelfa puis à celui de Dhaya d’où il s’évada en décembre 1942. Il s’engagea dans les corps francs d’Afrique et finit la guerre en France dans les FFI.
Il fut conseiller général de la Marne de 1945 à 1949, et démissionna pour repartir en Algérie à Oran.

Marié le 15 avril 1911 à Paris (Ve arr.) avec Angèle Boquet, puis le 5 septembre 1949 avec Marianne Wasniowski à Oran (Algérie), où Camille Nouvian y mourut le 25 janvier 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article124202, notice NOUVIAN Camille, Georges, Émile, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 5 juillet 2021.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13125. — G. Lachapelle, Les élections législatives, op. cit. — État civil en ligne 5Mi0926 - 1887 1887, vue 53. — Notes d’Antonin Nouvian, juillet 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément