PALOMA Jean, Amédée, Paul

Par André Balent

Né le 31 décembre 1907 à Céret (Pyrénées-Orientales), mort le 13 octobre 1999 à Céret ; militant communiste de Céret.

Fils d’Amédée, terrassier âgé de vingt-six ans en 1907 et d’Émilie Vilanova âgée de trente-deux ans à cette même date, Jean Paloma obtint le certificat d’études et suivit pendant un an et demi les cours de l’école primaire supérieure de Céret. Il travailla comme chasseur au Grand-café de Céret puis quitta sa ville natale pour se rendre à Barcelone (Espagne) où l’un de ses oncles possédait une petite fonderie. Il y fit l’apprentissage du métier de fondeur en trois ans puis se rendit ensuite à Paris où il travailla pendant quelques mois à la fonderie Prichon. Un an plus tard environ, installé à Marseille, il fut embauché à la Fonderie du Sud-Est.

Appelé sous les drapeaux, Paloma fut réformé temporaire le 18 mai 1928. Cette décision fut renouvelée le 7 mars 1929. Dans les deux cas, elle fut décidée pour faiblesse de constitution ou faiblesse musculaire. Finalement, rappelé sous les drapeaux le 18 mai 1930, au 20e bataillon de chasseurs alpins à Antibes (Alpes-Maritimes), il fut libéré de ses obligations miiltaires le 27 septembre 1930. Il se fixa à Céret où il exerça divers métiers jusqu’en août 1939. Il se maria le 15 avril 1933 à Céret avec Josette, Marie, Thérèse, Jeanne Pujol (Voir aussi Bouix Isidore, Jean, Joseph) qui milita toute sa vie au Parti communiste.

Jean Paloma adhéra vers 1932 à la cellule de Céret du Parti communiste. Il milita à la CGTU puis à la CGT et fut l’un des responsables du syndicat des usines travaillant le bois. Vers 1936-1937, il succéda à Michel Bordet au secrétariat de la cellule de Céret et fut chargé du secrétariat des cellules rurales du Bas-Vallespir. Il conserva ces deux postes de direction jusqu’à sa mobilisation en septembre 1939. Il fut candidat aux élections au conseil d’arrondissement dans le canton de Céret en juillet 1938.

Pendant la guerre d’Espagne, Jean Paloma anima le comité international d’aide à l’Espagne républicaine. En étroite liaison avec André Gendre, il effectua des passages d’armes. Les communistes cérétans mirent sur pied des équipes de passeurs dont Paloma et Berdaguer furent les responsables. Il organisa également le passage de volontaires des Brigades internationales.

Jean Paloma fut mobilisé le 2 septembre 1939. Il fut affecté au 103e bataillon de l’Armée de l’Air (BAA) à Châteauroux (Indre) puis, le 1er octobre 1939, au 127e BAA à Avord (Cher), à nouveau au 103e BAA le 25 mai 1940 et au 127e BAA à Istres (Bouches-du-Rhône) le 1er juillet 1940. Il fut démobilisé à Istres le 13 juillet 1940. Il rejoignit alors Céret où il travailla comme garçon de café, mais aussi comme employé des services de la voirie vicinale. Inquiété par la police vychissoise dès son retour, il fut arrêté quelques mois plus tard. Interné au camp de Nexon (Haute-Vienne), il participa à des activités de résistance. Transféré à Fort-Barrault (Isère) puis à la prison de Castres (Tarn), Jean Paloma fut déporté dans le sud-oranais, au camp de Djenien-Bou-Rezg. Du 15 au 22 décembre 1942, il participa à la grève de la faim que menèrent les détenus. En mars 1943, il fut transféré, avec d’autres "politiques" au camp de Bossuet (département d’Oran) où il demeura une dizaine de jours avant d’être libéré. Il s’installa alors à Oran où il travailla comme électricien.

De retour à Céret à la Libération, Jean Paloma fut élu conseiller municipal. Il le resta jusqu’en 1947, date à laquelle la liste communiste subit un échec. Agent de liaison, sa femme, Josette Pujol, avait été arrêtée le 23 juin 1942. Déportée à Ravensbrück puis à Büchenwald, elle regagna Céret après la victoire des Alliés.

À partir de 1944, Jean Paloma siégea sans discontinuer au comité de la section communiste. Pendant quelque temps, il fut secrétaire d’une des quatre cellules communistes de Céret, constituées après 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article124713, notice PALOMA Jean, Amédée, Paul par André Balent, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 13 août 2014.

Par André Balent

SOURCES : RGASPI, 495 270 3901, autobiographie, Céret 7.02.1938. — Arch. Dép. Pyrénées-Orientales, série M non classée, liasse 177 ; 1 R 632, registre matricule, f° 780. — État civil, acte de naissance et mentions marginales. — Le Travailleur catalan. — Interviews de Jean Paloma (1974) et Ferréol Matheu (1974).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément