PARISIS Jean

Par F. Colbac

Né en 1901 à Périgueux (Dordogne), Jean Parisis, employé du gaz, candidat CGT en novembre 1932 aux élections prud’hommales, fut battu par son adversaire CGTU. Secrétaire du syndicat confédéré des ouvriers et employés du gaz de Périgueux, il fut délégué le 22 décembre 1935 au congrès départemental de réunification syndicale. Membre du Parti socialiste SFIO, il s’était présenté aux élections municipales de mai 1935 à Périgueux.

Élu à la commission exécutive de l’Union départementale unifiée, il participa au congrès fédéral d’unité (Éclairage et Force motrice) à Toulouse les 28-29 février et 1er mars 1936 et fit partie de la commission de vérification des mandats. Régulièrement réélu par les congrès suivants, J. Parisis fut un des dirigeants les plus assidus et les plus actifs jusqu’à la guerre. En janvier 1937, il fut désigné comme représentant syndical à la commission départementale de conciliation. En octobre 1939, toujours à titre syndical, il devint membre de la commission départementale mixte.

En 1940, il compta parmi les dirigeants de l’UD qui optèrent pour la collaboration avec Vichy et fut proposé en mars 1941 pour faire partie du conseil municipal mis en place par ce pouvoir.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article124921, notice PARISIS Jean par F. Colbac, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par F. Colbac

SOURCES : Arch. Dép. Dordogne, 3 M 300, 10 M 27, 10 M 30. — Arch. UD-CGT. — Le Travailleur du Centre-Ouest. — Le Peuple de la Dordogne. — Éclairage et Force motrice, mars-avril 1936.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément