PASCAL Émile

Né vers 1889 ; cheminot ; syndicaliste CGT du Puy-de-Dôme ; secrétaire de l’Union locale de Clermont-Ferrand ; membre de la SFIO.

Homme d’équipe en gare de Clermont-Ferrand, Émile Pascal figura, en avril 1922, sur la liste des candidats présentés par la CGT lors de l’élection des membres du Conseil supérieur des chemins de fer. Il en fut de même février 1928 et en novembre 1930.

Secrétaire général adjoint depuis avril 1923, Émile Pascal était, à partir du printemps 1926, secrétaire général du syndicat confédéré [CGT] des cheminots de Clermont-Ferrand, fonction qu’il occupait encore en janvier 1930.

Il était également, au cours des années 1930, membre du conseil de la Fédération CGT des cheminots, secrétaire adjoint de son syndicat, délégué du personnel auprès du chef du service de l’Exploitation de la région du Sud-est de la SNCF...

Lors des congrès confédéraux de la CGT de 1925, 1931, 1933 et de 1935, Émile Pascal y représenta les nombreux syndicats de cheminots du Puy-de-Dôme. Lors de celui de 1936, il fut mandaté par celui du [Le] Puy (Haute-Loire).

Depuis 1931, Émile Pascal était secrétaire de l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand, fonction qu’il assuma jusque sous l’Occupation, une Union locale forte de 30000 adhérents après 1936. Il devint secrétaire adjoint de l’UD en 1939 et fut l’un des principaux artisans des démarches en vue d’obtenir la dissolution du Syndicat des produits chimiques et de sa très puissance section CGT Michelin, au nom du fait que ses organismes refusèrent de dénoncer le Pacte germano-soviétique. Le 6 octobre 1939, la commission exécutive de l’UD CGT ainsi que la commission administrative de l’UL CGT de Clermont-Ferrand furent réunies par Émile Pascal en séance commune et votèrent à l’unanimité des présents l’exclusion. En l’absence du secrétaire de l’UD, Raymond Perrier, mobilisé, c’est Émile Pascal qui est alors le secrétaire général.
Émile Pascal devint fin 1941 Président de l’Union départementale des Amis de Au Travail !, le journal soutenant René Belin. Émile Pascal dut bientôt démissionner de son poste de secrétaire général de l’Union Locale de Clermont-Ferrand car il était jugé trop complaisant avec les institutions de Vichy. Il ne semble pas néanmoins qu’il ait été sanctionné par les commissions nationales et départementales de reconstitution des organisations syndicales des travailleurs dans le cadre de l’épuration syndicale après-guerre.

Les communistes l’attaquèrent vivement au moment de la scission de la CGT en 1947 pour son attitude en 1939 qui entraîna la répression policière mais aussi des renvois chez Michelin. On lui reprocha aussi de s’être accaparé le bureau du Conseil juridique de l’UL. Pascal porta plainte et obtint la condamnation de l’organe départemental du PCF, La Voix du Peuple, à 5 000 francs d’amende avec sursis et 15 000 francs de dommages-intérêts. Le PCF réagit en l’accusant d’avoir été un pétainiste et de s’être caché à la Libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article124999, notice PASCAL Émile, version mise en ligne le 22 novembre 2018, dernière modification le 4 janvier 2021.

SOURCES : L’Auvergne socialiste, 1931-1932. — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 1er avril 1922-25 novembre 1930, 1er juillet 1934, 3 avril 1939 — Le Cheminot Syndicaliste, organe de l’Union de syndicats du PLM puis du Sud-est, 25 mars 1936, 15 mars, 10 avril 1937, 10 octobre, 10 novembre 1938 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — La Voix du peuple, organe officiel mensuel de la CGT, janvier 1934 (BNF, Gallica). — Comptes rendus des congrès confédéraux de la CGT de 1925, 1931, 1933, 1935 et de 1936. — Syndicats, 12 octobre 1939. — par La Voix du Peuple, 13 septembre, 29 novembre et 27 décembre 1947. — Au Travail !, n°50, 22 novembre 1941. — Au sujet de la situation et de l’activité syndicale, 4 mars 1946, p. 7. Rapport attribué aux Renseignements généraux. Archives Paul Bany, Université Populaire de Clermont-Ferrand. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément