PASQUALINI Jean, Marc

Par Jean-Jacques Doré

Né le 22 mars 1901 à Monte (Corse), mort le 8 décembre 1969 à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) ; douanier au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; militant syndical au Havre, puis de la CGT à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; communiste en Seine-Inférieure

Fils d’un cultivateur, Jean Pasqualini, engagé volontaire pour quatre ans dans la Marine nationale à Ajaccio (Corse) le 20 juin 1919, fut nommé quartier-maître canonnier le 1er avril 1921, il navigua un long moment sur l’Yser et fut renvoyé dans ses foyers le 20 juin 1922.

Engagé comme préposé aux douanes le 1er mars 1923, il fut nommé le 9 juin 1925 au Havre où il milita activement au sein du Parti communiste et du Secours Rouge international. Correspondant de l’Humanité, il réorganisa la cellule de la douane et fut le principal rédacteur de son organe La douane rouge. Critiqué pour son activité politique et ses attaques contre les secrétaires fédéraux Piquemal et Métayer, il fut néanmoins élu à la commission administrative du syndicat autonome des Douanes actives du Havre, dont Joseph Huitel était secrétaire, en avril 1929 et un mois plus tard, il était candidat communiste aux élections municipales.

Considéré comme l’un des principaux meneurs de la manifestation des douaniers sur la voie publique le 6 novembre 1930, il fut traduit en conseil de discipline et mis aussitôt en disponibilité. Réintégré peu après, il fut définitivement révoqué en 1931 après avoir été condamné à huit mois de prison le 3 octobre (peine réduite à cinq mois en appel le 28 décembre 1932), pour propagande anarchiste et provocation au meurtre. Après sa libération, appointé comme permanent par la Fédération à 900 frs. par mois, il succéda à Joseph Carne comme secrétaire du syndicat des Douanes actives du Havre en 1934.

En 1935, à la demande du Parti communiste, Pasqualini quitta Le Havre pour Rouen afin de prendre en charge la gérance du Prolétaire normand, l’organe régional du PCF qui devint l’Avenir normand un peu plus tard. Inscrit au carnet B de la Seine-Inférieure le 20 mai 1935, le commissaire de la sûreté notait qu’après son départ la cellule de la douane du Havre avait totalement périclité. Candidat aux élections législatives de 1936 dans la circonscription d’Yvetot, il obtint 744 voix au premier tour et 32 au second sur 21 488 inscrits.

Réintégré au service des douanes de Rouen en septembre 1936, Pasqualini fut l’un des militants les plus actifs et les plus appréciés de la région. Il entra au bureau régional du PCF en 1938 et siégea à la commission exécutive de l’Union départementale de Seine-Inférieure en 1938 et 1939.

Il mourut le 8 décembre 1969 à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article125030, notice PASQUALINI Jean, Marc par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 9 avril 2021, dernière modification le 9 avril 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES  : Arch. Nat. F7/13041. — Arch. Dép. Seine-Maritime Réunions de fonctionnaires 1920-1934 dossier non classé, 1 MP 285 Radiations du carnet B pour départ, 2 Z 158, 4 MP 2801. — Arch. Com. Rouen 2 I 10. — La Douane rouge. — Le Prolétaire normand, 1926-1937. — L’Avenir Normand, 10 septembre 1937. — S. Courtois, Th., op. cit.. — Arch. Dép. Corse État civil, Registre matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément