PASSOT Émile

Par Claude Pennetier

Né le 24 janvier 1885 à Fourchambault (Nièvre), mort le 25 janvier 1946 à Tremblay-les-Gonesse (Seine-et-Oise) ; métallurgiste ; conseiller municipal de Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine).

Cliché fourni par Yves Jégouzo

Fils d’un ajusteur dans la ville ouvrière de Fourchambault, né dans une famille socialiste, frère de Charles Passot, de Jean-Baptiste Passot, également militant, et de Marie-Louise Passot, Émile Passot vint travailler comme mouleur à Boulogne-sur-Seine avant la Première Guerre mondiale.
Il fut élu le 30 novembre 1919 conseiller municipal socialiste de Boulogne-Billancourt (Seine) sur la liste conduite par André.Morizet. Comme ce dernier, il adhéra au Parti communiste après le congrès de Tours mais ne le suivit pas à l’Union socialiste-communiste. Il était en 1923 trésorier du syndicat unitaire local des Métaux (voirArthur Bouchez). La préfecture de la Seine le qualifiait toujours de communiste en mars 1925.
Il semble avoir continué à militer au Parti communiste comme son frère Charles.
Après le déclenchement de la Seconde guerre mondiale, sans qu’on connaisse pour le moment la date, il arrêté, jugé et condamné à sept mois de détention pour son activité communiste. Écroué à la Maison centrale de Poissy, il fut libéré juste avant la mise en oeuvre de la politique des otages.

Émile Passot mourut le 25 janvier 1946 à Tremblay-les-Gonesse (Seine-et-Oise).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article125067, notice PASSOT Émile par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 13 janvier 2019.

Par Claude Pennetier

Cliché fourni par Yves Jégouzo

SOURCES : Arch. Nat. F7/13777. — Arch. Dép. Seine, DM3 , vers. 10451/76/1. — Notes d’Yves Jégouzo.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément