PEIRONNET Étienne, Antoine

Par Jacques Girault

Né le 16 avril 1899 à Agde (Hérault), mort le 13 janvier 1971 à Toulon (Var) ; employé de mairie ; militant socialiste de Toulon.

Fils d’un cultivateur, Étienne Peironnet, engagé volontaire dans la Marine nationale, le 3 juillet 1916, participa aux campagnes de Syrie et de Cilicie en 1920. Retraité comme second-maître mécanicien, il se maria en août 1923 à Toulon avec une revendeuse du cours Lafayette. Le couple eut trois enfants.

Ancien commerçant, il entra en juin 1928 comme commis d’octroi à la mairie de Toulon et termina sa carrière comme receveur d’octroi en janvier 1948.

Habitant le quartier Besagne, secrétaire général du cercle socialiste du quartier, il devint, dès sa fondation, après les élections législatives de 1928, membre du conseil d’administration du cercle fondé par Victor Brémond et conserva cette fonction jusqu’à la fin des années 1930. Il participait au comité de soutien à Brémond, député sortant, candidat « Union socialiste et républicaine » aux élections législatives de 1936 et représentait l’Association républicaine des anciens combattants à la commission exécutive du comité local de Front populaire. Il adhéra au Parti socialiste SFIO, à la suite de Brémond, dans le courant de 1937.

Résistant homologué à partir de 1942, Peironnet présida, après la guerre, la Fédération des sociétés de l’école laïque chargée de la fourniture des ouvrages scolaires aux élèves de Toulon et d’autres communes (La Garde, Six-Fours entre autres). Il présidait aussi le comité d’intérêt local de Besagne, puis plus tard le foyer des anciens du quartier du Champ de Mars. Il était aussi l’archiviste de l’Union départementale de l’Union française des associations d’anciens combattants.

Très lié à Edouard Le Bellegou, candidat aux élections municipales sur la liste « républicaine et socialiste », le 26 avril 1953, puis sur la liste « d’action municipale républicaine et socialiste », le 22 mai 1955, il obtint 9 479 voix et signes préférentiels sur 68 767 inscrits. Il figurait à nouveau, le 8 mars 1959, sur la liste d’« Union républicaine et socialiste d’action municipale » qui obtint 12 759 voix sur 89 558 inscrits.

Veuf, il se remaria en octobre 1957 à Toulon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article125319, notice PEIRONNET Étienne, Antoine par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 19 septembre 2013.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 4 M 59 2, 16 M 38, 3 Z 2 12. — Arch. Com. Toulon, service des pensions. - Presse locale. - Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément