PELLETIER Albert

Métallurgiste à Paris ; syndicaliste ; militant communiste, opposant à la bolchevisation.

En 1921, lors de la formation des bureaux de section de la SFIC, Albert Pelletier devint secrétaire de la section du quartier Amérique du XIXe arr.
A. Pelletier, membre de la commission exécutive du syndicat CGTU des Métaux de la région parisienne en 1925, adopta les positions de la Révolution prolétarienne revue dirigée par Pierre Monatte.
Pelletier, métallurgiste parisien, membre du 2e rayon du PC, signa en octobre 1925 la lettre à l’Internationale communiste, dite lettre des 250, qui critiquait la mise en application de la "bolchevisation" par la direction du parti français (voir Loriot). Il s’agit du même militant. Le 20 janvier 1926, il figura parmi les signataires d’un texte des communistes oppositionnels, « Tous solidaires des exclus », paru dans le Bulletin communiste de Boris Souvarine.
Il fut exclu du PC, peut-être en même temps que Prudhomme.

En avril 1932, A. Pelletier rejoignit la CGT.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article125400, notice PELLETIER Albert, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 5 septembre 2019.

SOURCES : L’Humanité, 19 janvier et 16 mai 1921, 11 août 1925. — Notes de J. Charles et de J. Chuzeville. — Dict., t. 16, pp. 474-481.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable