PENAUD Baptiste [PENAUD Jean-Baptiste dit Baptiste]

Né le 11 novembre 1900 à Limoges (Haute-Vienne), mort le 23 décembre 1974 à Limoges ; typographe puis ouvrier en chaussures ; militant communiste ; militant syndicaliste ; conseiller municipal de Limoges après la Libération ; résistant.

Fils d’ouvrier, Baptiste Penaud, typographe puis ouvrier en chaussures, syndiqué depuis 1917, adhéra au Parti communiste dès sa fondation. Il collabora au Travailleur du Centre-Ouest et, en octobre 1925, fut condamné à trois mois de prison et 100 F d’amende pour provocation de militaires à la désobéissance, à la suite d’un article sur la guerre du Maroc.

Militant du syndicat unitaire de la chaussure, il devint, le 23 mai 1931, secrétaire de la 25e Union régionale des syndicats CGTU en remplacement d’Aimable Pérol. Il était également secrétaire de l’Union locale et membre du bureau régional du parti. Candidat du Parti communiste aux élections législatives de 1932 dans la circonscription de Boussac (Creuse), il obtint 323 voix sur 17 117 inscrits (1,89 %). La même année, il fut poursuivi pour « provocation à l’attroupement, au vol, menaces de mort » en même temps que Adrien Perrissaguet à la suite d’une « conduite de Grenoble », infligée au directeur Boueyre de la fabrique de chaussures Heyraud qui avait fait mettre à la rue deux ouvrières chargées de famille. Les deux inculpés firent défaut. Baptiste Penaud fut condamné à deux mois de prison, Perrissaguet à un mois ; Penaud fut frappé davantage parce que récidiviste. En 1931, il avait participé à l’action des grévistes de la maison Védrenne, une parqueterie d’Uzerche (Corrèze), et avait été arrêté.

En 1935, Baptiste Penaud quitta le secrétariat de la 25e Union régionale et fut remplacé par Ferdinand Guiraud, ancien secrétaire de l’Union locale de Béziers (Hérault). La même année, il participa aux accords d’unité d’action avec le Parti socialiste SFIO. Il était alors trésorier de la Région limousine du Parti communiste. Candidat communiste (indiqué socialiste SFIO par G. Lachapelle) aux élections législatives à Boussac (Creuse) en 1936, il recueillit 433 voix sur 16 712 inscrits (2,59 %), le candidat socialiste Albert Rivière l’emportant facilement dès le 1e tour.

Arrêté en 1940 et interné dans un camp, Baptiste Penaud s’évada en 1943 et rejoignit les FTP où il devint lieutenant. En mai 1945, il devint conseiller municipal dans la municipalité Guingouin de Limoges.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article125440, notice PENAUD Baptiste [PENAUD Jean-Baptiste dit Baptiste] , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

SOURCES : Arch. Dép. Creuse, 3 M 319, 320, 321, 323. — J.-C. Pasty, L’évolution de l’opinion publique dans le département de la Creuse depuis 1919, 1958. — Notes d’A. Perrier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément