PERROT Albert

Né le 12 janvier 1898 à Salmaise (Côte-d’Or), mort le 25 juin 1967 à Clichy-La-Garenne (Seine, Seine-Saint-Denis) ; conducteur de travaux aux PTT ; trésorier adjoint de la Fédération des syndicats des ouvriers des PTT.

Fils de Louis Perrot, cultivateur, et d’Anna Guillerme, sans profession, Albert Perrot, conducteur de travaux aux PTT et trésorier adjoint de la Fédération des syndicats des ouvriers des PTT, se prononça en 1922 pour l’adhésion à la CGTU (voir M. Cessat.). En 1935, il était secrétaire de la Fédération nationale des PTT de France et des colonies, affiliée à la CGT, qui comptait 54 000 adhérents. A partir de 1936, il collabora à Syndicats, journal créé par René Belin Il fut membre du Conseil national économique de 1936 à 1938 (20e section professionnelle - services publics).

En octobre 1939, Albert Perrot participa à la création du comité de liaison et de solidarité des syndicats de la région parisienne destiné à « redresser » l’union des syndicats de la région parisienne dans l’indépendance syndicale. René Belin fit appel à lui comme chef de son cabinet à partir de l’été 1940. H. Lagardelle le maintint à cette fonction. Il fut chargé de mission au commissariat à la lutte contre le chômage. Le 2 novembre 1942, il fut nommé directeur de l’office régional du travail à Rouen. Il appartint au Comité d’organisation professionnelle qui participa à l’élaboration de la Charte du Travail.

A la Libération, Albert Perrot fut exclu à vie de toutes organisations syndicales par la commission de reconstitution le 18 octobre 1944.

En 1950, il collaborait à la Revue syndicaliste.

Il s’était marié le 14 mai 1922 à Clichy avec Alice Le Loarer.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article125762, notice PERROT Albert , version mise en ligne le 10 décembre 2021, dernière modification le 10 décembre 2021.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13735. — Arch. PPo 300. — Le Travailleur des PTT, 1922. — Bulletin municipal de Clichy, novembre 1939. — C.-r. des travaux de la commission de reconstitution des organisations syndicales, Versailles, 1946. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément