PIQUET Maurice

Par Yves Le Maner, Gilles Morin

Né le 21 septembre 1903 à Méricourt (Pas-de-Calais), mort le 18 septembre 1984 à Molinghem ; instituteur ; secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais des Jeunesses socialistes (1927-1933) ; maire de Molinghem (1959-1983).

Maurice Piquet naquit dans une famille de mineurs. Son père, Cyrille Piquet, fut l’un des sauveteurs de la catastrophe de Courrières en 1906, et obtint de ce fait la Légion d’honneur. Après avoir fréquenté l’école communale de Sallaumines puis celle d’Annezin, enfin l’EPS de Bruay-en-Artois où il obtint le brevet supérieur, Maurice Piquet fut nommé instituteur à Billy-Montigny (Pas-de-Calais) et devint directeur d’école.

Sous l’influence de Jacques Louart il adhéra aux Jeunesses socialistes en 1923 et créa en 1925 la section des JS de Sallaumines. En 1927, il était nommé secrétaire général de la Fédération des Jeunesses socialistes du Pas-de-Calais, responsabilité qu’il conserva jusqu’en 1933 (Guy Mollet devint son adjoint en 1929). Ce fut à ce titre qu’il siégea à la commission nationale mixte des Jeunesses socialistes de 1928 à 1933. Membre du courant minoritaire (Paul Faure) au sein de la Fédération du Pas-de-Calais, Maurice Piquet entra à la commission exécutive en 1928 face au dirigeant des mineurs, H. Mailly appartenant à la tendance Renaudel.

Bras droit d’André Pantigny, Maurice Piquet occupa le poste de secrétaire fédéral adjoint de 1932 à 1938. Dans le courant des années trente, il mena une intense activité politique et syndicale : rédacteur en chef de L’Éclaireur, hebdomadaire fédéral des JS du Pas-de-Calais, il était à la fois l’un des responsables de la fédération cantonale SFIO de Lens et le secrétaire du syndicat confédéré des instituteurs de Lens et environs, fonction qu’il conserva jusqu’à la réunification de 1935. Il siégea en outre au conseil syndical de la section du Pas-de-Calais du SNI de 1928 à 1938 et fut trésorier de l’union locale CGT des concessions de Courrières et Drocourt (1936-1938). Cette accumulation de responsabilités et le surmenage qui en résultait provoquèrent une attaque cérébrale et le contraignirent à limiter son action.

Maurice Piquet avait représenté le Parti socialiste à diverses élections dont les législatives de 1932 dans la 2e circonscription de Saint-Omer (Pas-de-Calais) et à une élection partielle en 1933.

Mobilisé en 1939, il fut fait prisonnier en mai 1940 et resta en captivité jusqu’en 1945. Élu en 1959 maire de Molinghem où il s’était fixé depuis 1938, Maurice Piquet acheva en 1983 son quatrième mandat de maire.

Il poursuivit ses activités politiques après la Libération. Il fut membre de la commission exécutive fédérale de la SFIO du Pas-de-Calais en 1947-1948 puis secrétaire fédéral du Pas-de-Calais de septembre 1958 à mai 1963. Il continua à siéger à la commission exécutive fédérale jusqu’en 1967 au moins.

Maurice Piquet représentait régulièrement sa fédération dans les réunions nationales de la SFIO. Membre de la commission de résolution du conseil national du 11 avril 1960, délégué fédéral au congrès national de 1960 et 1961, il appartint à la commission de vérification des mandats aux conseils nationaux des 24 mars et 6 septembre 1962. Il fut désigné par le conseil national des 19-20 mai 1962, à la commission chargée de rédiger le programme fondamental de la SFIO. Il était délégué cantonal de l’Éducation nationale en 1962.

Un collège de sa commune, qui a été intégré à Isbergues, porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article126495, notice PIQUET Maurice par Yves Le Maner, Gilles Morin, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 9 avril 2021.

Par Yves Le Maner, Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat. F7/13084. — Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 179, M 182, M 5221 et M 5304. — Archives de l’OURS, Dossiers Pas-de-Calais ; F9/26MM ; AGM 136, dossier Émilienne Moreau. — L’Éclaireur du Pas-de-Calais, 22 octobre 1933. — Entretien avec M. Piquet. — PS-SFIO, XXXIe Congrès national, rapports, Paris, librairie populaire, 1934. — Rapports des congrès de la fédération SFIO du Pas-de-Calais, 1945-1967. — J. Derville, La Fédération socialiste SFIO du Pas-de-Calais, 1944-1969, thèse d’études politiques, Paris, FNSP, 1970.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément