PORQUET Isidore, Alexandre

Par Jean-Jacques Doré

Né le 14 mai 1883 aux Andelys (Eure), mort le 27 juillet 1947 au Petit-Quevilly (Seine-Inférieure-Seine-Maritime) ; ouvrier boulanger ; secrétaire du syndicat CGT des Ouvriers boulangers de Rouen (seine-Inférieure, Seine-Maritime) de 1922 à 1931, trésorier de l’Union départementale de Seine-Inférieure de 1931 à 1936.

Fils d’un conducteur de voitures publiques et d’une domestique, Isidore Porquet militait au syndicat CGT des Ouvriers boulangers depuis les années 1910. Après la guerre, il était secrétaire du bureau de l’organisation qui fut renversé par les minoritaires en janvier 1921 et ces derniers (une centaine), conduits par Edmond Martin, rejoignirent la CGTU dès janvier 1922.

Excellent gestionnaire, mais militant discret qui n’intervenait guère lors des réunions de bureau de l’Union locale ou de l’Union départementale, Porquet fut pourtant à partir de 1922, l’un des reconstructeurs majeurs de la CGT. Secrétaire des Ouvriers boulangers du 8 mars 1922 (élu par 35 militants, alors que le syndicat unitaire en comptait 110) à décembre 1930, il fut trésorier de l’Union locale de Rouen en 1923 et de 1928 à 1934 et siégeait au Comité provisoire de la Fédération CGT de l’Alimentation (1922), il fut ensuite désigné délégué fédéral de la 2e région qui couvrait toute la Normandie.

Élu membre de la commission administrative au 12e congrès de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) de l’Union départementale le 27 octobre 1929, puis trésorier au 13e congrès toujours à Sotteville le 29 novembre 1931, Porquet était chargé de diriger la propagande sur les Assurances sociales et prit en charge la présidence de la caisse d’Assurance le Travail en 1932.

Malgré la scission, il était en contact permanent avec le syndicat unitaire, organisant des réunions communes et coordonnant les efforts de tous les syndiqués lors des actions revendicatives ; si bien que les 130 militants du syndicat unitaire (CGTU) choisirent de rejoindre le syndicat confédéré (50 membres) au sein de la CGT en janvier 1932, Charles Vauclin (ex unitaire) fut élu secrétaire et Isidore Porquet, trésorier.

Élu secrétaire de l’Union locale de Rouen après la fusion avec les unitaires en décembre 1935, il démissionna en mai 1936 pour se consacrer à la gestion de la caisse d’Assurance.

Réélu secrétaire du syndicat des Ouvriers boulangers de 1936 jusqu’à la dernière réunion en août 1939, Charles Vauclin demeura tout ce temps son fidèle adjoint.

Isidore Porquet habitait 12 rue Paul Foliot (en 1930) puis 23 rue Marcel Sembat (1937) au Petit-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) et il reconstitua le syndicat des Ouvriers boulangers dont il fut élu à nouveau secrétaire en avril 1946, il mourut au Petit-Quevilly le 27 juillet 1947.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article126989, notice PORQUET Isidore, Alexandre par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 3 août 2020, dernière modification le 8 septembre 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Com. Rouen, 7 F 3 Réunions syndicales 1926-1934, Syndicats, Unions locales, affaires générales. — Archives de l’UD-CGT, liasse 1925-1930. — L’Avenir d’Elbeuf, passim. — Le Peuple, 24 septembre 1924. — Comptes rendus des congrès de la Fédération CGT de l’Alimentation. — Le Travailleur de l’Alimentation, organe de la Fédération nationale confédérée des travailleurs de l’Alimentation de France et des colonies, d’avril 1926 à novembre-décembre 1936 (BNF Gallica). — Notes de Louis Botella. — Arch. Dép. Seine_Maritime 1 MP 535 Manifestations politiques et syndicales. — Direction des affaires sociales de la préfecture, dossiers non versés aux archives. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément