PORTANIER Camille, Marthe

Née le 17 octobre 1910 à Marseille (Bouches-du-Rhône), décédée le 6 septembre 1986 à La Tronche (Isère) ; institutrice : militante communiste, responsable de l’Union des femmes françaises (UFF).

Fille d’un chaudronnier et d’une cuisinière, Camille Portanier, institutrice et syndicaliste, adhéra au Parti communiste en 1937 et milita à Marseille au Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme et au Comité de l’enfance. Elle était secrétaire de l’association « Les amis de l’enfance » dont le président d’honneur était François Billoux*. On ne sait à quel moment elle renoua avec le parti clandestin. Son nom fut trouvé dans les documents saisis chez Jean Garnotel, membre du bureau régional, le 7 décembre 1942. Elle était alors la responsable femmes au sein de la direction pu PC. Elle fut arrêtée le 4 janvier 1943. Elle enseignait alors à l’école de filles de la Major. Avant cette affaire, elle avait été signalée à la police, mais sa filature n’avait rien donnée. La police, soulignant sa prudence et son intelligence, notait qu’elle avait donné le change puisque sa classe était la plus engagée dans les campagnes du Secours national et qu’elle lui avait fait adopter deux prisonniers de guerre. Au cours de son interrogatoire, Elle nia d’appartenir au parti communiste. Elle fut internée administrativement au camp de Brens (l’arrêté d’internement fut signé le 6 janvier). Elle s’en évada et devint l’une des responsables de la Résistance organisée par l’Union des femmes françaises pour le Gard, le Vaucluse, la région lyonnaise. En 1944, elle était secrétaire départementale du Vaucluse de l’UFF.
Camille Portanier mourut le 6 septembre 1986 à La Tronche (Isère).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article127003, notice PORTANIER Camille, Marthe , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 16 janvier 2021.

SOURCE : Arch. dép. Bouches-du-Rhône 5 W 208 (dossier internement). — Arch. Dép. Vaucluse, 10 Per 215. — Marcel Guizard et alii, "Marseille, citadelle de la liberté", dactylog. (Arch. Musée de Champigny, PCF IV Région).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément