POUJOL Pierre, Louis

Par Jacques Girault

Né le 13 mai 1889 à Paris (Veme arr.), mort le 15 septembre 1969 à Paris (IVeme arr.) ; professeur à Toulon (Var) puis à Paris ; socialiste SFIO ; militant du protestantisme.

Fils d’un chef de bureau à la compagnie de chemins de fer de l’Etat, de religion protestante (Cévennes), d’idées de gauche, Pierre Poujol fit ses études au lycée Henri IV à Paris. Bachelier en 1907, il obtint la licence ès lettres en 1909, le diplôme d’études supérieures en 1910, l’agrégation de lettres en 1912. Pendant son service militaire et la Première Guerre mondiale (1912-1919), il servit comme officier d’administration des services de santé (Vosges, Salonique, Algérie) dont quatre ans au front.

Poujol se maria en novembre 1919 à Vebron (Lozère). Le couple eut quatre enfants. Avec sa famille, il résidait à Vebron pendant les vacances. Son épouse décéda en janvier 1944.

Nommé à titre provisoire en juillet 1914 professeur au lycée de Toulon, Pierre Poujol, mobilisé, n’occupa son poste qu’en avril 1919. Nommé en octobre 1920 au lycée Saint-Charles à Marseille (Bouches-du-Rhône), ne trouvant pas de logement, il revint au lycée de Toulon en avril 1921 et y resta quatorze ans. A partir de 1929, il enseignait aussi en heures supplémentaires le Latin au collège de jeunes filles. Poujol obtint, en 1934, un poste de professeur à Paris aux lycées Henri IV, puis en 1936 Charlemagne puis revint à Henri IV en 1938. Mobilisé de septembre 1939 à juillet 1940, il retrouva son poste jusqu’à sa retraite en 1950. Dans son enseignement du latin en particulier, il employait des méthodes actives.

Durant ses études, militant de l’Union chrétienne, trésorier du groupe parisien, il participa en 1912 à la formation de la première troupe d’Eclaireurs unionistes à Paris. A Toulon, il prit part à la création et aux activités des Eclaireurs unionistes puis des Eclaireurs de France dans la région. Vice-président du Conseil presbytéral de l’Eglise réformée de Toulon, il commença à s’intéresser à l’histoire du protestantisme. Il participa aux activités du Mouvement du christianisme social, collaborant à sa presse (La Solidarité sociale) et au lancement de deux organes mensuels L’Impartial protestant et L’Avant-Garde (1928, 1929). De plus, il publiait dans des revues des articles de pédagogie et de morale.

Au début des années 1930, syndiqué, socialiste SFIO, il encadra l’école socialiste créée par la section socialiste SFIO de Toulon et y prononça notamment deux conférences ayant pour thèmes l’école unique (décembre 1932), un de ses grands sujets de militantisme, et "les jeunes et les autres ou la querelle des générations" (avril 1934). Il animait aussi à Toulon le cercle de l’enseignement public qui, selon le proviseur du lycée, regroupait « tous les ordres d’enseignement ».

Proche d’André Philip, il devint un des dirigeants du Christianisme social (Groupe Charles Gide, socialistes chrétiens, groupe parisien des enseignants protestants notamment) où il écrivit de nombreuses « Notes pour une histoire sociale du protestantisme dans la France moderne depuis 1870 ». Son activité se déploya dans diverses directions (associations diverses, Cité nouvelle à partir de 1946, Le Socialiste chrétien, études historiques notamment).

Après son décès, ses enfants déposèrent ses œuvres publiées ou inédites à la bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme français en rédigeant une présentation biographique. Pierre Poujol écrivit aussi de nombreux ouvrages et articles consacrés à la Cévenne protestante parus dans les années 1960.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article127148, notice POUJOL Pierre, Louis par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 28 octobre 2014.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/25391. — Arch. Lycée Dumont d’Urville (Toulon). — Rens. de la famille du militant. — Presse du Var.— Notes de Jean Masse.

Œuvres : le fichier de la BNF comprend 32 références dont une série sous le titre général « Socialistes et chrétiens ».

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément