PRIMA ou PRIMAS Jean-Louis

Par Claude Pennetier ; Jean-Pierre Husson ; Jocelyne Husson

Né le 17 octobre 1911 à Lanester (Morbihan), fusillé le 17 septembre 1943 au Mont-Valérien (Suresnes, Seine, Hauts-de-Seine) ; employé de commerce ; résistant communiste ; FN ; FTPF-FFI.

Jean-Louis Prima
Jean-Louis Prima
Crédit : Gildas PRIOL

Fils de Jean Julien Prima, ouvrier au fort, et de Jeanne Marie Le Bras, ménagère, Jean-Louis Primas, militant de Lorient, garçon épicier à Lanester, combattit en Espagne dans les rangs des Brigades internationales.

Militant communiste clandestin, Jean-Louis Prima participa à l’Organisation spéciale du Parti communiste, et implanta avec Albert Le Bail à Lanester le Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France (FN). Il conduisit avec lui de nombreux sabotages pendant l’année 1942. Malgré l’arrestation le 13 juillet 1942 d’Albert Le Bail (mort en déportation), il continua d’organiser des opérations de sabotage. Au cours de la nuit du 9 au 10 septembre 1942, il effectua trois attentats, contre la permanence du Francisme 11, place d’Alsace-Lorraine, contre celle de la Légion tricolore 18, rue du maréchal Foch et, pour venger ses camarades arrêtés en juillet contre le commissariat spécial 3, rue de Verdun. Dans la nuit du 20 au 21 septembre 1942 il fit sauter avec Louis Le Bail, fils d’Albert Le Bail, le poste de sectionnement électrique de Belane en Lanester, ce qui priva de courant Port-Louis, Hennebont et les forges de Lochrist une bonne partie de la journée du 21.
Le 26 septembre 1942, trois hommes attaquèrent à main armée le bureau de poste de Lanester. L’un d’eux, Raymond Hervé, fut arrêté et sous les coups des policiers révéla les noms d’Eugène Le Bris et de Raymond Douarin qui dès le lendemain fut identifié comme étant Jean-Louis Primas. Ce dernier se réfugia avec Louis Le Bail dans le Nord-Finistère.
Sans doute dénoncé par un agent double, Jean-Louis Primas fut arrêté par la police française (SPAC) le 20 janvier 1943 à Doulon près de Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique). Son camarade Louis Le Bail a été arrêté le même jour à Brest.
Roger Leroux précise que Primas fit l’objet de 57 inculpations dont 47 pour attaques à main armée. Il fut condamné à mort par le tribunal du Gross Paris réuni rue Boisy d’Anglas, le 28 août 1943 avec 18 autres inculpés. Détenu à Nantes puis à la prison du Château à Brest, et à Rennes, il fut transféré à Fresnes et fusillé au Mont-Valérien le 17 septembre 1943.

Jean-Louis Primas a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI avec le grade d’adjudant-chef. Le titre d’Interné-résistant lui a été attribué à titre posthume, ainsi que le titre de Combattant volontaire de la Résistance en 1953.

En 2007, son nom orthographié « Prima » a été ajouté à la liste officielle des fusillés du Mont-Valérien.

Dans le Finistère, le nom de Jean-Louis Primas est inscrit sur le monument commémoratif érigé dans le square Georges Melou à Brest en mémoire des dix-neuf FTP fusillés au Mont-Valérien le 17 septembre 1943.
Dans le Morbihan, à Lanester, où une rue « Jean-Louis Primas » a été inaugurée en 1952, son nom figure sous l’orthographe « Prima » sur la liste « 1943 » du monument aux morts communal.

Voir aussi : Albert Abalain, Lucien Argouach, Louis Departout, Yves Giloux, Eugène Lafleur, Louis Le Bail, Paul Le Gent, Louis Le Guen, Paul Monot, Henri Moreau, Jean Quintric, Albert Rannou, Albert Rolland, Étienne Rolland, Joseph Ropars, Charles Villemin ou Vuillemin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article127431, notice PRIMA ou PRIMAS Jean-Louis par Claude Pennetier ; Jean-Pierre Husson ; Jocelyne Husson, version mise en ligne le 25 février 2015, dernière modification le 20 février 2020.

Par Claude Pennetier ; Jean-Pierre Husson ; Jocelyne Husson

Jean-Louis Prima
Jean-Louis Prima
Crédit : Gildas PRIOL
Sur le monument aux morts de Lanester
Sur le monument aux morts de Lanester
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 137 193 (Notes Thomas Pouty). — SHD, Vincennes, GR 16 P 491423. — Arch. Dép., Morbihan, 1840 W 9, fonds ONACVG-56, . — Arch. Mun. Quimper, fonds Alain Le Grand, 22 J 218. — DBMOF. — État civil, Lanester (acte de naissance en attente).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément