QUÉLAVOINE Achille, Paul

Né le 23 juillet 1887 à Versailles (Seine-et-Oise), fils d’un frotteur et d’une concierge, Achille Quélavoine fut avant la Première Guerre mondiale le principal artisan de la transformation de l’Amicale des instituteurs en syndicat.

Instituteur adjoint à Verrières-le-Buisson, il prit sa première carte syndicale CGT, le 25 mai 1910. Il fut un des principaux leaders de la tendance « École émancipée ». En septembre 1914, il devint secrétaire de la section syndicale des instituteurs de Seine-et-Oise. Sa carrière se déroula à Saint-Germain, La Maladrerie de Poissy, Jouy-en-Josas et se termina à Versailles à l’école de la rue Saint-Simon.

Militant syndical actif, Achille Quélavoine écrivit de nombreux articles dans les bulletins syndicaux. Après le congrès de la Fédération nationale de l’Enseignement, tenu à Paris en août 1921, il s’occupa de la réforme de l’enseignement. Toujours présent aux assemblées générales, aux congrès, aux réunions de section, il parlait avec calme et précision, apportant des critiques justifiées sur un ton ferme, convaincant. Intransigeant, et rien ne le faisait dévier de la ligne arrêtée.

La guerre interrompit sa carrière en 1942. Achille Quélavoine était un non-violent, un pacifiste intégral. Il avait fait en 1914 la guerre, sans arme, servant comme brancardier, souvent exposé aux plus grands dangers, objet de plusieurs citations dont il ne se vantait jamais.

Il mourut le 16 février 1968 à Versailles. Son épouse, Yvonne Quélavoine, institutrice, avait partagé avec lui les luttes syndicales de la première moitié du siècle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article127699, notice QUÉLAVOINE Achille, Paul , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

SOURCES : L’École émancipée, n° 14, 30 mars 1968. — L’Écho de la fédération, 6 septembre 1914.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément