RADJEF Belkacem [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Né le 19 septembre 1909 commune de Fort-National (Algérie) ; militant de l’Étoile nord africaine puis du MTLD.

Belkacem Radjef
Belkacem Radjef

Né le 9 septembre 1908 au douar Oumalou, commune de Fort-National en Kabylie (département d’Alger), Belkacem Radjef (orthographié parfois Radjeff) émigra en France en 1928 et travailla comme menuisier puis garçon de lavoir habitant successivement à Billancourt et Levallois (Seine). En 1933, il devint marchand forain de quatre-saisons et se consacra à la Nouvelle Étoile nord-africaine reconstituée en mai sous la direction de Messali Hadj. Il s’installa même au siège de l’ENA, rue Daguerre à Paris, et fit des tournées de propagande dans le Nord en juillet 1933 (Douai, Valenciennes, Lille). En décembre 1933, il devint trésorier de l’ENA.

Arrêté le 17 janvier 1934 à la suite de la manifestation de l’ENA à la mosquée de Paris, Radjef fut condamné le 6 novembre 1934 à six mois de prison et 2 000 francs d’amende avec Messali et Imache* ; condamné à nouveau en mars 1935, il resta emprisonné jusqu’en juin 1936. Trésorier de l’ENA, il était jugé comme étant l’auteur des campagnes de souscription.

Radjef était donc emprisonné tandis que Messali était réfugié à Genève, et qu’Imache, libéré, assurait la direction de l’ENA lui donnant une orientation nationaliste intransigeante et même anti-communiste. À sa libération, Radjef s’opposa à ce courant et il représenta une tendance modérée et de collaboration avec le Front populaire. Le café qu’il tenait alors rue Vaillant à Boulogne-Billancourt, (vraisemblablement acquis en mars 1935 par l’ENA), était le lieu de rassemblement de ses partisans algériens ; il faisait l’objet d’une surveillance spéciale de la police. Radjef qui habitait à Billancourt subit une perquisition à son domicile le 5 avril 1937.

Radjef suivit Messali à la direction du Parti du peuple algérien fondé en 1937. Emprisonné à la veille de la guerre, il le demeura sous le régime de Vichy.

Après la guerre, il appartint aux organismes de direction du Mouvement pour le triomphe et la défense des libertés (MTLD). Il était membre du comité central de ce mouvement au moment de la crise de 1952-1953 où il ne prit position, ni pour Messali, ni pour les réformistes dits centralistes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article127924, notice RADJEF Belkacem [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 28 février 2014.

Par René Gallissot

Belkacem Radjef
Belkacem Radjef

SOURCES : Arch. PPo., dossier ENA. — M. Harbi, Aux origines du FLN, la scission du PPA-MTLD., Ch. Bourgeois, Paris, 1975. — Renseignements communiqués par Patrick Radjef.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément