RAFFIN Jean, François

Né le 24 juin 1874 à Viricelles (Loire), mort en août 1922 à Paris (XXe arr.) ; ouvrier papetier ; syndicaliste CGT du Rhône puis de la Seine [Paris].

Fils de Pierre Raffin, mineur, et de Fanny Jeunet, ménagère, Jean ou Jean-François Raffin assista comme délégué de la Fédération du Papier au XVIIIe congrès national corporatif — 12e de la CGT — et à la 5e conférence des Bourses du Travail tenus au Havre du 16 au 23 septembre 1912.

Il qui fut élu, le 9 février 1914, membre de la commission administrative de la Bourse du Travail de Paris et le resta jusqu’en 1920. — voir C. Paradis* (cf. Arch. Nat. F7/13 617).

Lors de la réunion du conseil national de la Fédération CGT du Papier Carton, tenue les 27 et 28 janvier 1922, il devint secrétaire de cette fédération et siégeait toujours à la commission administrative de la CGT. Il demeurait alors à Lyon.

Il s’épuisa complètement à la tâche et il décéda à l’hôpital Tenon à Paris. Ses obsèques eurent lieu le 22 août 1922 dans cette ville où il demeurait au 36, rue de Ménilmontant, à Paris (XXe arr.).

Il était inscrit au carnet B.

Son fils, militant anarchiste connu sous le pseudonyme de Loréal (Voir à Loreal Louis, était alors incarcéré à la prison de la Santé à Paris (division politique) pour ses activités. Les autorités lui refusèrent le droit d’assister aux obsèques de son père.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article127941, notice RAFFIN Jean, François, version mise en ligne le 13 avril 2015, dernière modification le 26 décembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 053, F7/13 617. — La Voix du peuple, organe officiel mensuel de la CGT, septembre 1922 (BNF, Gallica). — Notes de Louis Botella. — État civil en ligne cote 3NUMEC2/3E336_61870-1875, vue 109.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément