RAUST André, Henri

Par Alain Dalançon, Claude Pennetier

Né le 21 décembre 1916 à Decazeville (Aveyron), mort le 2 novembre 1991 à Cagnac-les-mines (Tarn) ; militant socialiste SFIO puis PS ; maire de Cagnac-les-mines (1949-1983), conseiller général du Tarn (1949-1979), député de la 1ère circonscription du Tarn (1962-1967).

André Raust
André Raust
Député

Fils d’ouvriers, André Raust fit, comme boursier, ses études à la faculté des lettres de Toulouse (Haute-Garonne). La mort de son père l’obligea à gagner sa vie et, en 1937, il fut nommé maître d’internat au lycée d’Albi (Tarn). Raust était en 1936 secrétaire à la propagande de la Fédération des étudiants socialistes (au niveau national ou régional ?) avant d’assurer en 1938-1939, le secrétariat à la propagande des Jeunesses socialistes du Tarn.

Mobilisé en 1939, blessé le 18 juin 1940, il partit quelques mois après sa démobilisation pour l’Afrique du Nord comme professeur adjoint au lycée de Casablanca. Entré dans un mouvement de Résistance « extra-métropolitain », il refusa le 9 novembre 1942 de répondre à un ordre de mobilisation générale de l’armée d’Afrique du Nord contre les Anglo-américains. Il rejoignit son régiment lorsque l’armée d’Afrique reprit la lutte contre l’Allemagne. Réformé à cause de sa blessure de 1940, il insista pour faire annuler cette décision médicale et participa avec le corps expéditionnaire aux campagnes d’Afrique, d’Italie, de France et d’Allemagne. Deux fois blessé, il fut décoré de la Croix de guerre en Italie.

Pendant que Raust participait à la campagne d’Alsace, les Jeunesses socialistes du Tarn en avaient fait leur président d’honneur. Il devint secrétaire à la propagande de la Fédération socialiste du Tarn et donna des réunions dans tout le département à l’occasion des élections cantonales de septembre et des élections générales du 21 octobre 1945. Le Parti socialiste SFIO le présenta dans le Tarn lors des élections législatives de juin 1946.

Membre du cabinet ministériel de Paul Ramadier en 1947, il fut élu la même année maire de Cagnac-les-Mines (Tarn), mandat qu’il conserva jusqu’en 1983. Il s’efforça d’anticiper le déclin et la disparition de la mine de charbon de sa commune, fermée en 1979, en mettant en route un plan de réaménagement économique et résidentiel, que les municipalités suivantes continuèrent à développer.

Il siégea au Conseil général du Tarn de 1949 à 1979 comme conseiller général du canton d’Albi puis d’Albi-nord en 1973. Toujours élu au second tour en bénéficiant du désistement des candidats communistes, il présida de façon presque continue le groupe socialiste qui était majoritaire dans l’assemblée départementale. En 1955, le préfet portait sur lui l’appréciation suivante : « Socialiste orthodoxe, jeune, intelligent, actif, au surplus sérieux, sympathique, M. Raust a une forte position dans le canton d’Albi. Au conseil général, son goût du travail, l’exactitude de son information et l’aisance de son exposé lui valent d’être le porte-parole du groupe socialiste, dont il est le président. Candidat sur la liste socialiste SFIO lors des dernières élections législatives, il conserve l’intention de poser à nouveau une candidature dans les consultations futures. »

Grâce au désistement du communiste Marcel Pélissou, il fut élu député de la 1ère circonscription du Tarn au second tour, en novembre 1962, succédant à Maurice Deixonne (qui avait été battu en 1958 par Édouard Rieunaud). Membre du contre-gouvernement de la gauche, il fut réélu en mars 1967, sous l’étiquette FGDS avec André Alousque comme suppléant. En juin 1968, il perdit son siège au profit du gaulliste Henry Bressolier, et ne se représenta pas en mars 1973, le PS ayant investi un candidat plus jeune, André Billoux, fonctionnaire de l’Éducation nationale, qui fut élu nouveau député de la circonscription.

En 2011, dans son discours d’inauguration d’une rue portant son nom, son successeur à la mairie, Jean Padilla, dit : « A la fin de sa vie, diminué par la maladie, il a très mal vécu ce qu’il a considéré comme une trahison de certains de ses amis politiques. »

André Raust était chevalier de la Légion d’honneur depuis 1956.


Il mourut le 2 novembre 1991.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article128182, notice RAUST André, Henri par Alain Dalançon, Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 4 septembre 2017.

Par Alain Dalançon, Claude Pennetier

André Raust
André Raust
Député

SOURCES : Arch. Dép. Tarn, 2015. — Le Cri des travailleurs, 25 mai 1946. — Valérie Gautran, Les conseillers généraux du Tarn. Administrateurs du département (1790-1800) ; conseillers généraux nommés par le gouvernement (1800-1833) ; conseillers généraux élus (1833-2014), La Dépêche du midi, article 21 octobre 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément