RAYNAL Pierre [RAYNAL Amédée, Pierre]

Par Jean Sagnes

Né le 13 mars 1905 à Bédarieux (Hérault), mort le 26 août 1986 à Sète ; instituteur ; militant syndicaliste de la FUE puis du SNI, militant communiste de l’Hérault.

Fils d’un cheminot révoqué de 1920, Pierre Raynal adhéra au Parti communiste en 1928 ou 1929. Instituteur à Candillargues (Hérault) dès 1927, il fut candidat à de multiples élections cantonales dans le canton de Mauguio, en 1934, 1936 (partielles), 1937. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, il était secrétaire de la section communiste de Mauguio, membre du comité fédéral et responsable des Auberges de la Jeunesse de l’Hérault.

Militant du syndicat unitaire de l’Enseignement, il fut délégué au 4e congrès de la CGTU à Bordeaux en 1927. En 1928, il était secrétaire du Cartel des fonctionnaires, employés et ouvriers de l’Etat et des services publics de l’Hérault. Il fit partie également du comité de rédaction du bulletin du syndicat des membres de l’Enseignement laïque (CGTU), l’Avant-garde syndicaliste, de 1931 à 1936. En février 1938, il était élu à la commission administrative de l’Union départementale CGT de l’Hérault. À la même époque, Jeanne Raynal qu’il avait épousée le 2 juillet 1929 à Marsillargues, était trésorière du comité départemental des Femmes contre la guerre et le fascisme.

Déplacé au début de la guerre, il fut suspendu, sans traitement, en septembre de la même année et révoqué en mars 1941. Pour éviter l’arrestation, il dut se cacher à Beaucaire (Gard), de 1942 à 1944, où il travailla comme ouvrier agricole. Au début de 1944, il passa à Lyon où il diffusa les journaux clandestins de la Résistance.

Après le congrès départemental de la CGT en 1945, il devint un des secrétaires de l’UD-CGT de l’Hérault. Il appartint, à nouveau, au comité fédéral du PC et fut candidat dans le canton de Mauguio en 1945 et en 1949.

Raynal était membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs « cégétiste ». Délégué au congrès national du SNI, le 19 juillet 1947, il intervint au nom de la minorité de la section départementale et reprocha à [Marcel Valière->, dirigeant de la tendance « Ecole émancipée », « de violer la démocratie ». En décembre 1947, pour la première fois, l’élection du bureau national du SNI s’effectua à la proportionnelle : il figura sur la liste des 20 candidats "Pour un syndicalisme indépendant démocratique et efficace" défendant l’appartenance à la CGT, mais ne fut pas élu.

Retiré à Sète au début des années 1960, il y mourut le 26 août 1986 et fut incinéré à Montpellier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article128263, notice RAYNAL Pierre [RAYNAL Amédée, Pierre] par Jean Sagnes, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 31 mars 2021.

Par Jean Sagnes

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130. — Arch. Dép. Hérault, 195 M 8. — Le Travailleur du Languedoc, 1927-1939, 1945-1949. — RGASPI, dossiers du Komintern au nom de Pierre Raynal (495 270 4202) et de Jeanne Raynal (495 270 4203).— L’Ecole libératrice. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément