RICHARD Antoine. RICHARD Blaise, Antoine, Marie dit Jean ROCHE. Pseudonyme : ROCHE Jean

Par Jacques Girault et Jean-Louis Panné

Né le 25 mai 1890 à Cunlhat (Puy-de-Dôme), mort le 22 août 1947 à Dax (Landes) ; professeur d’école normale d’instituteurs et historien ; secrétaire départemental du Parti communiste, oppositionnel, exclu en 1926 ; militant syndicaliste, à la CGTU, puis secrétaire de l’Union locale CGT de Dax en 1937.

Fils d’un charron, Antoine Richard entra à l’École normale d’instituteurs de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) en 1906. Instituteur stagiaire à Cunlhat en 1909-1910, il prépara à l’ENI de Toulouse (Haute-Garonne) l’École normale supérieure primaire de Saint-Cloud où il entra en 1911 en section littéraire. Il commença son service militaire et fut maintenu dans les services auxiliaires en août 1914. Après un passage à l’école militaire de Billom (Puy-de-Dôme) en 1916, promu brigadier en janvier 1917, il fut réformé en septembre suivant.
Antoine Richard fut nommé professeur à l’ENI du Pas-de-Calais repliée à Berck, puis en octobre 1919 à l’ENI de Lescar (Basses-Pyrénées) avant d’obtenir un poste à celle de Dax (Landes) en octobre 1924, ville où enseignait son épouse au collège de jeunes filles depuis 1923. Il obtint un diplôme d’études supérieures d’histoire au milieu des années 1920.
L’inspecteur général, en 1930, soulignait « l’influence indubitable de l’école marxiste » dans son enseignement. Les divers jugements portés par ses supérieurs dans ses notices individuelles le montraient très consciencieux donnant un très bon enseignement.
Antoine Richard se maria le le 6 avril 1923 à Montauban (Tarn-et-Garonne) avec Marcelle, Marie Février, professeure au lycée de jeunes filles de Montauban. Le couple eut un fils.

Membre du groupe de Lescar du Parti socialiste SFIO et partisan de l’adhésion à la IIIe Internationale, Antoine Richard devint, après le congrès de Tours, militant communiste, puis après 1924, fut secrétaire de la Fédération communiste landaise. Il était le militant, selon la police, le plus en vue du rayon de Dax constitué en janvier 1925.
Ses critiques des mots d’ordre contre la guerre du Maroc, ses sympathies personnelles pour Pierre Monatte, son opposition à la « bolchevisation » l’amenèrent à collaborer avec les opposants à la direction du parti. En octobre 1925, il signa avec sa femme (voir Marcelle Richard) la lettre adressée au Comité exécutif de l’Internationale communiste, dite « lettre des 250 ». Tous deux furent exclus « pour indiscipline » par le comité régional, le 28 février 1926. De plus Antoine Richard refusait de cesser sa collaboration à La Révolution prolétarienne dans laquelle il venait de publier la première partie d’une substantielle étude sur le mouvement des métayers dans le Bas-Adour en 1920 (n° 13 et 14, janvier et février 1926).
Antoine Richard collaborait également au Bulletin communiste que Boris Souvarine faisait reparaître depuis octobre 1925 ; il utilisa le pseudonyme de Jean Roche pour y signer, en 1925-1926, une série d’articles sur « Le problème agraire en France ». Avec son épouse, il signa la « Déclaration » en tête du Bulletin communiste du 29 janvier 1926, en tant que membre du comité de rédaction du susdit bulletin. Cette déclaration prenait date en vue de la réunion du prochain Exécutif élargi de l’Internationale communiste. Les signataires rejetaient le qualificatif de « contre-révolutionnaires » dont les membres de l’opposition étaient affublés et en même temps considéraient que l’intervention de l’Exécutif précédent, de caractère relativement neutre entre direction et opposition, devrait conduire à l’ouverture de la presse du Parti aux opposants.

Antoine Richard abandonna tout engagement de caractère politique mais poursuivit ses activités dans le cadre du syndicalisme enseignant. Responsable de la section des Landes de la Fédération unitaire de l’Enseignement, il intervint notamment dans des congrès fédéraux, à Grenoble par exemple, en août 1926 et vraisemblablement fut délégué au IIIe congrès de la CGTU (Paris, 26-31 août 1925).
Publiant régulièrement des articles et des critiques d’ouvrages historiques dans La Révolution prolétarienne, il prit surtout une part importante dans l’élaboration du Manuel d’histoire de France de la FUE sous la direction de Maurice Dommanget, publié en 1928 par L’École émancipée, manuel qu’il dut défendre lors du congrès de Besançon (5-7 août 1929). Il participa également aux activités de la Ligue syndicaliste (voir Maurice Chambelland). Au congrès fédéral tenu à "La Bellevilloise" à Paris en août 1928, il signa une protestation contre la répression menée envers l’Opposition russe. Membre de la FUE et du Syndicat national CGT, partisan de la fusion qui se réalisa à la fin de 1935, il joua un rôle important dans le Syndicat national des instituteurs et dans la Fédération générale de l’enseignement.
Au début de 1930, Antoine Richard et Marcelle Richard furent sollicités par Boris Souvarine pour collaborer à la revue qu’il allait publier, La Critique sociale, mais un différend stoppa cette collaboration naissante. Quelques années plus tard, il s’occupa de la rubrique « Carnet du Militant » de L’Homme réel, revue fondée par Achille Dauphin-Meunier, qui le compta parmi ses collaborateurs jusqu’en 1937.

Devenu secrétaire de l’Union locale CGT de Dax en 1937, il y organisa et anima un collège du travail, antenne du Centre confédéral d’éducation ouvrière. Il participa aussi à l’élaboration des conventions collectives dans le département. Avec son épouse, il joua un grand rôle dans l’organisation de l’aide aux Républicains espagnols et en 1939 lors de l’arrivée des réfugiés.
Dans une lettre envoyée au sous-préfet de Dax, le 25 mai 1940, avec son épouse, affirmant son « esprit d’indépendance », il expliquait que les communistes locaux s’opposant à son action syndicale l’avaient « mis dans l’obligation de la cesser tant à l’Union locale de Dax que [dans] les syndicats de l’enseignement, depuis octobre 1937 ». Il rappelait ne pas avoir fait grève le 30 novembre 1938. Il terminait sa lettre par cette affirmation « Je trouverai particulièrement injuste d’être assimilé aux complices de l’agression hitlérienne ».
Un rapport du Préfet des Landes, le 19 décembre 1940 justifia la « mesure proposée » par l’inspecteur d’Académie de « relèvement de fonctions et mise à la retraite d’office ». En effet, après la suppression des écoles normales, il fut reclassé dans la catégorie des professeurs d’écoles primaires supérieures. Affecté comme professeur à l’EPS de Bordeaux (Gironde), il refusa cette nomination pour des raisons de santé (tuberculose pulmonaire), le 17 avril 1941, et demanda à faire valoir ses droits à la retraite, ce qui lui fut accordé le 7 mai 1941.
A la Libération, Antoine Richard fut emprisonné puis transféré à l’hôpital de Dax en raison de sa participation avec sa femme au mouvement "Collaboration" d’août 1941 au 31 décembre 1942 puis au Rassemblement national populaire d’octobre 1942 à la Libération. A sa mort, La Révolution prolétarienne, revenant sur cette période, indiqua : « ... A aucun moment nous ne mîmes en doute son désintéressement. Aussi n’avons-nous pas compris que, révoqué de Vichy, il ait pu être frappé de surcroît à la Libération. Les syndicats n’avaient pas alors à prêter la main au gouvernement dans sa comédie d’épuration... ».
Collaborateur de la Revue historique de la Révolution française, Antoine Richard écrivit une importante étude sur « Le gouvernement révolutionnaire dans les Basses-Pyrénées » préfacée par Albert Mathiez, une histoire et une géographie des Landes, des articles sur la métallurgie landaise.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article128807, notice RICHARD Antoine. RICHARD Blaise, Antoine, Marie dit Jean ROCHE. Pseudonyme : ROCHE Jean par Jacques Girault et Jean-Louis Panné, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 26 mars 2020.

Par Jacques Girault et Jean-Louis Panné

SOURCES : Arch. Nat. F7/13104, 13747, F/17/16876, 24923. — Arch. Dép. Landes, 5 Ms 170. —Arch. Dép. Puy-de-Dôme (registres matricules). — BMP, microfilm n° 120. — Bernard, Bouët, Dommanget, Serret, Histoire de la Fédération de l’Enseignement, op. cit.Le Travailleur de la région bordelaise, 13 mars 1926. — Bulletin communiste, 1925-1933. — L’Action syndicaliste. — La Révolution prolétarienne, octobre 1947. — Notes d’Alain Dalançon et de Jean-Claude Paul-Dejean.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément