RICHARD Eugène

Par Claude Pennetier

Né le 8 mai 1891 à La Celle-Condé (Cher), mort le 23 mars 1972 à Chezal-Benoît (Cher) ; infirmier ; militant syndicaliste ; militant communiste ; résistant.

Eugène Richard était issu d’une famille paysanne. Il partit à treize ans pour Bourges où il travailla chez un épicier en gros. Deux ans plus tard, il s’installa à Paris et s’embaucha dans une épicerie. Avant d’accomplir son service militaire, il resta un an aux usines métallurgiques de Rosières, commune de Lunery et participa au mouvement syndical local. Il vendait à la criée des journaux syndicalistes et peut-être socialistes.

Soldat à la veille de la Première Guerre mondiale, il fut maintenu sous les drapeaux et blessé en 1915. Vers novembre 1916, Richard fut affecté aux Établissements de Saint-Étienne (Loire) où il côtoya des syndicalistes minoritaires. Muté à l’École de pyrotechnie de Bourges, en 1917, il adhéra au Parti socialiste et soutint le courant pacifiste.

A l’issue de la guerre, Richard aurait voulu devenir fermier mais sa santé l’en empêcha. Il entra à contrecœur comme infirmier dans un hôpital psychiatrique. Après le congrès de Tours (décembre 1920), il adhéra au Parti communiste et assura le secrétariat du groupe local. Parallèlement, il animait le mouvement syndical et coopératif de son canton.

Renvoyé de l’hôpital en octobre 1940, il aida la Résistance mais sans jouer un rôle actif. Il milita après la guerre, à la base.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article128817, notice RICHARD Eugène par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : L’Émancipateur. — Témoignage de sa fille, 1975.

Version imprimable Signaler un complément