RIVET Jules [RIVET Victorin, Jules]. Pseudonyme : MICHEL Jean

Par Roger Pierre

Né le 11 janvier 1884 à Vercoiran (Drôme), mort le 25 janvier 1946 à Paris (XVe arr.) ; instituteur puis rédacteur au Canard enchaîné.

Fils d’un propriétaire exploitant assez aisé, Jules Rivet perdit très tôt sa mère et fut élevé par une grand-mère et une tante. Il aurait été, avant la Première Guerre mondiale, instituteur à Rochebrune où il fit, paraît-il, scandale, après la loi de séparation de 1905, entrant à l’heure de la messe dans l’église de Vercoiran avec un de ses camarades, pour y fumer et parler comme dans un lieu public. Dans ses souvenirs, Jacques Toesca évoque, sous un pseudonyme, un personnage qui pourrait bien être Jules Rivet : auteur de spirituelles chroniques insérées dans un journal lyonnais, se prétendant « farouche individualiste, s’occupant de politique par goût ou par idéalisme ».

En 1919, Jules Rivet adressa quelques communiqués à La Vague. Il participa au congrès fédéral SFIO de Montélimar (Drôme) le 27 juin 1920, et collabora à l’hebdomadaire régional, syndicaliste et socialiste Le Sud-Est, où il publia en feuilleton, du 23 octobre au 25 décembre 1920, une parodie tendant à ridiculiser l’antisoviétisme : « La Fiancée du bolchevick » ou « Le Couteau sanglant ».

Sans opinions politiques clairement définies, il était également collaborateur du Canard enchaîné et l’auteur de deux ouvrages : La jeune fille et son piano et la Chronique du roi Pétaud. Il fit paraître des articles dans la feuille libertaire L’Insurgé, dans La Revue anarchiste et la revue Les Pieds dans le plat. Au début des années trente, il fut en outre gérant des publications Bataclan et Le Loup blanc et publiait dans l’Humanité une rubrique intitulée « Pointes rouges ».

Selon Léo Campion, il était franc-maçon et aurait collaboré au Petit parisien sous l’Occupation.

Son décès fut annoncé dans CQFD de Sébastien Faure dans lequel il écrivait sous le pseudonyme de Jean Michel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article129079, notice RIVET Jules [RIVET Victorin, Jules]. Pseudonyme : MICHEL Jean par Roger Pierre, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 mars 2021.

Par Roger Pierre

SOURCES : Arch. PPo. BA/1715. — Arch. Dép. Drôme, 35 M 366. — La Vague, 7 août 1919. — CQFD, 1er février 1946. — Le Sud-Est, 1920. — Léo Campion, Les Anarchistes dans la Franc-maçonnerie, Marseille, 1969. — [ Jacques Duclos, Souvenirs, t. III, op. cit. — Rens. de MM. Clier et A. Buix.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément