ROBERT Jean-Baptiste

Par Jean-Michel Steiner

Né le 10 juin 1894 à Saint-Étienne (Loire), mort le 9 mars 1942 à Saint-Étienne ; ouvrier armurier, typographe puis gazier-électricien ; militant syndicaliste CGT et responsable fédéral, secrétaire de la Bourse du Travail de Saint-Étienne.

Son grand père maternel était forgeron, son père armurier. Fils de Denis, et de Benoîte Murgue, ourdisseuse, Jean Baptiste Robert a grandi au coeur du quartier des armuriers de Saint-Roch. Il était l’aîné d’une famille de trois enfants. Après ses études primaires, il travailla d’abord dans l’atelier d’armurerie de son père. À 18 ans, au moment de son mariage, il était bronzeur-brunisseur. Il se déclara typographe au moment de son incorporation, profession qu’il exerçait encore en 1926. Il fut ensuite employé comme contrôleur à la Compagnie électrique. Lors du recensement de 1936, il était employé à la Bourse du Travail.

Le 14 août 1912, il épousa à Saint-Étienne Marie Françoise Surrel, modiste, âgée de 19 ans. Le couple a eu trois enfants : Marius, né en 1912, Renée, née en 1918 et Arlette, née en 1928. Incorporé au 38è Régiment d’infanterie le 5 septembre 1914, Jean Baptiste Robert passa successivement au 92è RI le 3 février 1915, au 87è RI le 24 mars 1915, au 48è RI, le 21 septembre 1915. Il fut blessé le 1er septembre 1915 avant d’être évacué vers l’arrière, malade, le 25 janvier 1916.

Lors du XVIe congrès où se réunifia la Fédération CGT de l’Éclairage (Toulouse, 28 février-1er mars 1936), Jean-Baptiste Robert, de Saint-Étienne (Loire), fut élu au comité fédéral comme suppléant éventuel au titre de la province puis réélu à cette instance lors du congrès suivant tenu à Lyon en juin 1937. Il était secrétaire du syndicat de la Compagnie Loire et Centre à Saint-Étienne et défendait vraisemblablement des positions confédérées.

En novembre 1940, Jean Baptiste Robert était secrétaire de la Bourse du Travail de Saint-Étienne, “épurée” depuis un an des militants communistes. Un rapport de police le disait « en plein accord avec M le Ministre Belin », et affirmait « il ne s’est pas jusqu’à présent fait remarquer comme ”opposant” au gouvernement de M le Maréchal Pétain ».

Jean-Baptiste Robert présida le 22 décembre 1940 à la Bourse du travail de Saint-Étienne, la première réunion de la Fédération « légale » de l’Éclairage avec des représentants de la zone non occupée depuis la débâcle et l’exode. Étaient présents à cette réunion : Petrequin et Terrasse de l’Éclairage de Lyon ; Eugène Baissat, Chevalier, Faure et Jean-Baptiste Robert de Saint-Étienne, Loire et Centre ; Barge et Farjon de Saint-Étienne Gaz ; Pierre Benielli et Royer de l’Énergie industrielle de Grenoble ; Francisque Chamussy et Chetail de Roanne, Loire et centre ; Giraud et Marcoz de Roanne Gaz ; Raoul Lèbre, de Sainte-Tulle Littoral méditerranéen ; Jean-Baptiste Tomas, du Gaz de Béziers ; P. Brethenou de Toulouse Bazacle ; Combes de la Toulouse Pyrénéenne ; Jacques Alliez de Pau ; Falcon de Clermont-Ferrand, Hydro-électrique d’Auvergne ; Badel, de Firminy-Gaz. Gabriel Borie et Clément Delsol intervinrent au cours de cette réunion sur l’état de la Fédération et la perspective d’une Caisse nationale de retraites.

À l’issue de cette réunion, Jean-Baptiste Robert fut désigné délégué de la Fédération pour la zone Sud. Il fut chargé du placement du matériel fédéral, tint une comptabilité spéciale pour la zone non occupée, correspondit avec les syndicats et les tint au courant des travaux fédéraux sur le plan revendicatif. Mais il mourut en 1942. Il fut alors remplacé par Francisque Chamussy qui avait rempli la fonction de secrétaire de séance le 22 décembre 1940.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article129181, notice ROBERT Jean-Baptiste par Jean-Michel Steiner, version mise en ligne le 7 juillet 2022, dernière modification le 7 juillet 2022.

Par Jean-Michel Steiner

SOURCES : Fédération nationale de l’Éclairage, Rapport documentaire. Avril 1941, p. 3-5. — René Gaudy, Les porteurs d’énergie, Paris, Temps Actuels, 1982. — B. Weiss, La Fédération légale de l’Éclairage CGT (1936-1944), mémoire de maîtrise, Un. Paris VII, 1995. Arch. Dép. Loire : 1R1673 : classe 1914, subdivision de Saint-Étienne, matricule 1635 — 6M696, recensement Saint-Étienne Nord est, 1936 — 85W89, internements (1940-1944) — Arch Mun. Saint-Étienne : 2E117, naissances (janvier-juin 1894) — recensements : 1F27 (1901, canton sud est) ; 1F41 (1921, canton nord est) ; 1F45 (1926, canton nord est) — 3E134, mariages 1912 — listes électorales, 1K13 (1925), 1K17 (1935), 1K27 (1939).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable