ROGER Gaston, Émile, Roger

Par Claude Pennetier

Né le 7 février 1880 à Rouen (Seine-Inférieure), mort le 19 août 1961 à Paris (XXe arr.) ; ouvrier tôlier ; maire adjoint communiste de Romainville (Seine).

Fils d’un employé des chemins de fer de l’Ouest et d’une journalière, militant communiste actif de Romainville, Gaston Roger entra au conseil municipal de la commune, à l’occasion des élections complémentaires du 29 juillet 1934, avec trois autres communistes (voir Pierre Kérautret*). Toute la liste du Parti communiste fut élue au renouvellement des 5 et 12 mai 1935 et l’assemblée municipale désigna Gaston Roger comme deuxième adjoint.

La préfecture de la Seine le fit interner administrativement le 19 décembre 1939 et le déchut de son mandat le 15 février 1940. Il séjourna aux camps de Baillet (Seine-et-Oise) et de Saint-Paul-d’Eyjeaux (Haute-Vienne). Écroué à la prison de Castres (Tarn) le 9 avril 1942, il, fut ensuite transféré ensuite au camp de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn) puis déporté en Algérie. Il revint en France le 27 octobre 1944.

Vice-président du conseil municipal provisoire à la Libération (arrêté du 27 octobre 1944), Gaston Roger continua à siéger en qualité d’adjoint au maire à l’issue des élections municipales d’avril 1945, d’octobre 1947, de mars 1953 et de mars 1959. Il était maire honoraire de Romainville lorsqu’il mourut en cours de mandat.

Une salle de Romainville porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article129379, notice ROGER Gaston, Émile, Roger par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 17 avril 2016.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3 ; vers. 10451/76/1 et 10441/64/2. — Arch. PPo. 89 et 101. — Arch. Com. Romainville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément