ROMBEAUT Nestor

Par Jean Maitron

Né le 28 décembre 1911 à Aulnoy (Nord), mort le 10 février 2005 à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) ; secrétaire de la section de Trignac (Loire-Inférieure) de la JOC ; député MRP de Loire-Atlantique (1958-1962).

Le père de Nestor Rombeaut, ouvrier sidérurgiste, fut tué en août 1913 dans un accident du travail. Nestor fut élevé, ainsi que son frère, par un oncle, lui aussi sidérurgiste. Après la Première Guerre mondiale, sa famille quitta le Nord dévasté pour s’installer à Colombelles (Calvados) à proximité de l’usine sidérurgique de Mondeville qui ouvrait ses portes. Il fit ses études primaires à l’école publique de Colombelles puis en 1926 repartit dans le Nord, à Denain, où les Forges et Aciéries reconstruites étaient remises en marche.

En 1929, il s’installa à Trignac et travailla aux usines métallurgiques de la Basse-Loire qui fermèrent leurs portes à la fin de l’année. De 1930 à 1934, Nestor Rombeaut travailla aux Chantiers de la Loire, aux Ateliers et Forges de l’Ouest, aux Établissements Sambron, chez Brissonneau et Lotz ; ces emplois furent séparées par des périodes de chômage prolongées.

En 1934 enfin, il entra comme élève soudeur aux Chantiers de Penhoët. Depuis 1929, il militait à la Jeunesse ouvrière chrétienne de Trignac. Secrétaire de section, il s’efforça de développer le mouvement dans la région nazairienne. En 1930, il adhéra au syndicat de la métallurgie CFTC et en devint rapidement secrétaire adjoint. Il fit une intense propagande et, en 1936, participa aux grèves avec occupation.

De 1940 à 1945, son action fut surtout consacrée à l’organisation des réfugiés de Saint-Nazaire. Il fut en particulier membre du comité de Crossac.

En mai 1945, Nestor Rombeaut devint secrétaire général permanent de l’Union locale CFTC de Saint-Nazaire et reconstitua l’organisation avec les équipes qui s’étaient maintenues sous l’Occupation (Constant Chauve*, Jean Terrien*, Henri Linger*, René Ayrault*, Desmonts, Mademoiselle Elvina Thoméré*). Ces militants, qui avaient lancé la CFTC en 1924, furent rejoints par de nombreux jeunes issus de la JOC, tel Laurent Lucas, ouvrier électricien (futur président de la CFTC après avoir été président du syndical local puis secrétaire dela Fédération de la Métallurgie). Cette époque fut marquée par d’importants conflits.

En 1951, Nestor Rombeaut fut élu président de l’UD-CFTC de Loire-Inférieure et président de la Fédération de la Métallurgie au congrès de Grenoble. Il travailla alors à la fédération au bureau de laquelle il était entré en 1946. Il était aussi depuis longtemps administrateur et vice-président de la Caisse primaire d’assurance maladie de Saint-Nazaire et secrétaire de la Caisse régionale de Nantes. Il participa en 1954 à une mission de six semaines aux USA organisée par la CEGA aux réunions de laquelle il assista à diverses reprises en qualité d’expert. Il fut amené à présider de nombreux congrès départementaux et à représenter la fédération à diverses manifestations internationales. Il organisa avec la Fédération CGT-FO une session internationale de métallurgistes à Compiègne qui rassembla de nombreuses branches professionnelles : navale, aéronautique, sidérurgie, machines-outils.

En 1958, Nestor Rombeaut abandonna tous ses mandats syndicaux (secrétaire de l’UL de Saint-Nazaire, président de l’UD et de la Fédération des Métaux) pour briguer un mandat politique. Il fut élu député MRP le 30 novembre 1958. Vice-président du groupe à l’Assemblée nationale, il fut aussi vice-président de la commission des affaires sociales, culturelles et familiales. A ce titre, il fut le rapporteur du texte voté le 28 décembre 1959 qui créa des moyens de financement pour la formation syndicale. Il fut battu en 1962 pour avoir voté, le 5 octobre, la motion de censure qui avait renversé le cabinet Pompidou. Dans sa campagne électorale, il se montra partisan de l’indépendance algérienne.

En décembre 1962, Nestor Rombeaut était de retour aux Chantiers de l’Atlantique au laboratoire, en qualité d’agent technique. Il fut ensuite affecté à Babcock-Atlantique lors de la création de la société. En 1968, il devint responsable du service sécurité de Babcock. Il quitta la vie professionnelle le 31 décembre 1972, en pré-retraite, peu avant l’échec de Babcock au printemps 1973.

Retraité, il s’occupa du service juridique de l’Union locale CFDT de Saint-Nazaire et resta administrateur de la Caisse chirurgicale mutuelle familiale de Loire-Atlantique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article129518, notice ROMBEAUT Nestor par Jean Maitron, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 6 août 2015.

Par Jean Maitron

SOURCE : Rens. de N. Rombeaut.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément