ROUDIL Parfait, Aimé

Par Jacques Girault

Né le 17 avril 1887 à Meyrannes (Gard) ; mineur, puis journalier agricole ; militant syndicaliste ; militant communiste.

Fils d’un cultivateur, Parfait Roudil, mineur, se maria en 1912 à Robiac (Gard). Père de deux enfants, il était veuf depuis les années 1930.

Parfait Roudil fut réélu délégué mineur aux élections de juin 1932, donnant ainsi à la CGT un de ses rares sièges dans le bassin du Gard, selon la presse syndicale. Il quitta les mines du Gard avec Albert Bastide pour les mines de bauxite du Luc (Var). Délégué mineur sortant, il signa la convention collective de travail pour les mines de bauxite, le 2 octobre 1936. Le 15 avril 1938, il représenta la CGT à la négociation d’un avenant à la convention collective. Licencié peu après des Bauxites de France, il devint journalier agricole.

Sympathisant communiste, candidat aux élections municipales sur la liste communiste du Luc, Parfait Roudil obtint, le 5 mai 1935, 69 voix sur 735 inscrits. A nouveau candidat sur la liste du "Bloc ouvrier et paysan", le 4 octobre 1936, il recueillit 134 voix sur 749 inscrits. Il adhérait alors à la cellule communiste comme son fils Aimé Roudil, membre du bureau du groupe des Jeunesses communistes “Paul Vaillant-Couturier“.

Parfait Roudil fut condamné par le tribunal correctionnel de Draguignan, le 25 octobre 1939, à un mois de prison, cinq ans d’interdiction des droits civiques pour propagande antinationale à la suite de l’apposition d’une affiche favorable à l’URSS le 27 août 1939. Par arrêté préfectoral du 15 octobre 1940, il fut interné, le 30 octobre, au centre de séjour surveillé de Chibron (près de Signes, Var), puis transféré à Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn), le 14 février 1941.

Aucun renseignement sur son décès figurait à l’état civil.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article129759, notice ROUDIL Parfait, Aimé par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 7 octobre 2014.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 2 M 7 35 3, 7 M 12 1, 3 Z 16 5, 6, Cabinet 863. — La Tribune des mineurs du Gard. — Notes de la mairie de Molières-sur-Cèze et de Jean-Marie Guillon. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément