SAIDOUN ou SAIDOUNI Yahia

Par René Gallissot

Né le 18 août ou le 12 octobre 1902, selon les sources à Beni-Abbès (département d’Alger), Saidoun ou Saidouni Ben Hadj Yahia arriva en France en 1925. Dès juillet 1925, il représenta le dépôt des Transports en commun de la région parisienne au congrès contre la guerre tenu à Paris. Il entra en liaison avec l’Union intercoloniale et participa à la fondation de l’Étoile nord-africaine en 1926 (voir Hadj Ali*). Il appartenait à la fraction communiste de l’ENA. En 1927, Saidoun logeait dans un local de l’Union des coopératives à Paris (XIXe arr.) et travaillait comme plongeur au restaurant « La Famille nouvelle », rue de Flandre, coopérative prenant en charge des permanents. Surnommé « Gustave » par ses camarades, il aurait été chargé de la propagande auprès des Algériens du XIXe arr.

Selon la police, il partit pour Moscou en 1928 pour y suivre un stage à l’université d’Orient. Il aurait assisté la même année au VIe congrès de l’Internationale communiste ; les comptes rendus ne donnent pas les noms, mais signalent la présence de trois Algériens. En 1929, il était compté parmi les membres du comité directeur de l’ENA, mais peut-être n’était-il rentré de Moscou qu’en 1930 ou 1931 avec pour mission, au titre de l’Internationale syndicale rouge, selon un rapport, de constituer en organisations indépendantes, les syndicats des colonies (rattachés alors à la CGTU). Un tel projet a été effectivement élaboré aux mêmes dates pour tous les PC du Maghreb.

En 1932, Saidoun faisait partie de la section coloniale du PC. Son attitude fut critiquée à cause de son « pédantisme » et il fut écarté parce qu’il ne pouvait « faire aucun travail sérieux parmi les Nord-Africains ». Il cessa d’être permanent appointé après le VIIe congrès du PC en 1932.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article130214, notice SAIDOUN ou SAIDOUNI Yahia par René Gallissot, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par René Gallissot

SOURCES : Arch. Nat. F7/13090. — Arch. PPo., rapports des 5 décembre 1931 et 23 novembre 1934.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément