SALINI Laurent [SALINI Joseph, Laurent]

Par Antoine Olivesi

Né le 24 septembre 1919 à Cuttoli-Corticchiato (Corse), mort le 13 juillet 1988 à Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne) ; militant communiste ; rédacteur à l’Humanité après la Libération.

Fils d’un instituteur qui devint directeur d’école, Laurent Salini fut élève au collège d’Ajaccio où il eut des différends avec plusieurs professeurs pour des questions de discipline ; en 1937, ses parents furent invités à le retirer du collège. De 1937 à 1939, Laurent Salini poursuivit alors ses études comme interne à Corte. En novembre 1939, par suite de la suppression de cet internat, il fut de nouveau admis au collège d’Ajaccio. Il fut alors reçu à la 1re partie du baccalauréat avec la mention « Très bien ».

Laurent Salini avait adhéré aux Jeunesses communistes en 1936 puis au Parti communiste le 1er janvier 1937. Trésorier puis secrétaire des JC à Ajaccio, il en devint au cours de l’été 1937 secrétaire fédéral puis, en 1938, passa secrétaire de la section communiste locale. Dès cette époque, il fit preuve de dons d’orateur et de journaliste, notamment dans la campagne législative de 1936. Collaborateur de Rouge-Midi, il fonda également un cercle des JC à Corte et était membre du bureau du syndicat CGT du Bâtiment. Selon un rapport de police de 1939, la JC d’Ajaccio aurait compté soixante-dix militants dont une trentaine d’élèves au collège de la ville. Au cours de ces années, Laurent Salini, secrétaire de la section d’Ajaccio, fut admis à suivre à Marseille une école du parti.

Mobilisé à Bastia en avril 1940, Laurent Salini fut réformé à la fin de l’année. Arrêté en mai 1941 sur dénonciation, il fut interné en métropole puis au camp de Bossuet en Algérie. Libéré, il reprit son action à Marseille, avec un ancien des Brigades internationales, Antoine Segondi, et devint responsable technique de la section Port et Marine. En avril 1944, il devint secrétaire départemental des FUJP. Après la Libération, il entra au CDL de Marseille, jouant un rôle prépondérant au sein de l’UJRF des Bouches-du-Rhône.

Laurent Salini participa à la création et rédaction de journaux éphémères (V, Le Mistral, Vérité). Il collaborait régulièrement à Rouge-Midi, La Marseillaise et au journal corse, Le Patriote dont il devint rédacteur en chef le 1er mai 1945. Il fut nommé secrétaire administratif permanent du Front national à Ajaccio mais fut appelé à Paris en novembre.

Laurent Salini fut rédacteur en chef de l’Union Française d’Information, l’agence de presse du PCF pour ses journaux de province. Il était à ce poste vers 1954 et y resta jusqu’à son départ pour L’Humanité. Il fut remplacé par Gilbert Souchal.

Devenu rédacteur à l’Humanité puis chef du service politique et social à partir de 1960, il en demeura responsable jusqu’en 1978 puis se vit confier la rubrique presse, radio et télévision. Il collabora également à France nouvelle. Selon Le Monde, « des désaccords avec la direction du journal semblent être à l’origine de son départ en retraite anticipée » le 1er janvier 1980, départ qui ne fut pas annoncé par l’Humanité. Laurent Salini fut toutefois donné comme ayant signé la protestation contre la campagne « anticommuniste » à propos de l’intervention russe en Afghanistan.

Laurent Salini était cousin de Dominique Salini*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article130313, notice SALINI Laurent [SALINI Joseph, Laurent] par Antoine Olivesi, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 21 juillet 2012.

Par Antoine Olivesi

ŒUVRE : Le Mai des prolétaires, Éd. sociales. — Le Mythe réformateur, Paris, Éd. sociales, 1973. Enquête sur le PS, Éditions Messidor.

SOURCES : Arch. Dép. Corse (Ajaccio), série 7 M 528. — François Giacomini, L’Implantation du Parti communiste en Corse, 1920-1939, Mémoire de Maîtrise, Aix-en-Provence, 1972. — André Moine, Déportation et Résistance en Afrique du Nord (1939-1944), Paris, Édit. Sociales, 1972. — Rouge-Midi, 1er et 9 septembre 1936, 29 mars 1938. — Le Mémorial des Corses, tome 4, L’île éprouvée, 1914-1945, ouvrage collectif sous la direction de Francis Pomponi, Ajaccio, 1979. — Le Monde, 6-7 janvier et 22 janvier 1980. — Journaux cités. — Rens. de A. Rovere.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément