SARRAMAGNA Germaine, Yvonne

Par Jean Sagnes

Née le 8 avril 1905 à Béziers (Hérault), morte le 8 juin 1989 à Béziers ; comptable ; militante et responsable syndicaliste ; militante communiste (1944) et de l’UFF ; résistante.

Fille d’un charpentier et d’une cuisinière, Germaine Sarramagna entra au service de comptabilité des Établissements métallurgiques Fouga à Béziers en 1928. Elle devint très rapidement trésorière adjointe du syndicat des Métaux CGTU de l’entreprise, poste qu’elle conserva après la réunification syndicale (de l’été 1936 à la fin de 1938, ce syndicat regroupa plus de 1 500 ouvriers). Elle fut également, de 1928 à la guerre, déléguée du personnel employé. En 1936, Germaine Sarramagna fut une des signataires de la première convention collective des Métaux à Béziers. Après la grève du 30 novembre 1938, elle fut licenciée mais conserva ses responsabilités syndicales.

En 1940, Germaine Sarramagna participa à la reconstitution du syndicat clandestin de Fouga. Un an plus tard, elle entrait en contact avec divers mouvements de Résistance. Elle fut arrêtée le 2 juillet 1941, incarcérée à Béziers puis au camp de Rieucros (Lozère) d’où elle fut envoyée au sanatorium de Concoule (Gard) et libérée pour raison médicale fin décembre 1941, sous condition et surveillée. De retour à Béziers, elle reprit le travail clandestin au sein du Front national où elle fut agent de liaison. En mai 1944, elle quitta Béziers et devint responsable régionale de l’Union des femmes françaises de Lyon où elle adhéra au Parti communiste. Elle fut membre du comité de Libération de Lyon présidé par Yves Farge*.

Après la Libération, Germaine Sarramagna revint à Béziers où elle fut réintégrée chez Fouga et reprit son poste de trésorière adjointe du syndicat CGT des Métaux. Elle fut également secrétaire du comité d’entreprise de 1945 à 1953, déléguée au comité interentreprise d’Aire-sur-Adour et au comité central d’entreprise à Paris. Elle fut aussi secrétaire adjointe de l’UL-CGT, membre du bureau de l’UD-CGT, membre du CA de la Caisse primaire de Sécurité sociale et de la caisse régionale de 1956 à 1967. Elle fut déléguée intervenante au XXVIIe congrès confédéral de la CGT en octobre 1948.

Au Parti communiste, Germaine Sarramagna appartint au bureau de la section de Béziers et au bureau fédéral de 1945 à 1952. Elle fut conseillère municipale de Béziers de 1945 à 1959. Elle avait été responsable départementale de l’Union des Femmes françaises qui regroupait 14 000 adhérentes en 1945, puis responsable régionale pour cinq départements (Hérault, Aude, Aveyron, Gard, Lozère). En octobre 1953, elle était à nouveau licenciée de chez Fouga pour son activité syndicale.

Germaine Sarramagna exerça également d’autres responsabilités notamment celles de secrétaire de l’Amicale des locataires de Béziers, de vice-présidente de l’ANACR pour l’Hérault de 1972 à 1974 puis de secrétaire depuis cette date.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article130506, notice SARRAMAGNA Germaine, Yvonne par Jean Sagnes, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Jean Sagnes

SOURCES : Le Travailleur du Languedoc, 1938-1939, 1944-1953. — Le Languedoc féminin, 1945. — La Marseillaise, 12 juin 1989. — Entretien avec G. Sarramagna (1977).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément