SAVIN Jean, François, Marie [parfois Jean]

Par Gilles Pichavant

Né le 19 juillet 1873 à Douarnenez (Finistère), mort le 8 mars 1936 à Audierne (Finistère) ; Marin-pêcheur dans le Finistère ; militant syndicaliste ; militant communiste.

François Savin naquit le 19 juillet 1873 à Douarnenez, fils de Jean-François et de Dieudonnée Le Signe. Ses parents durent venir s’installer à Audierne assez tôt, puisqu’ils haby habitaient vers 1893, à l’époque à l’époque de son service militaire. Il était déjà inscrit maritime.

Marin-pêcheur, François Savin était en 1922 secrétaire de la section communiste d’Audierne (Finistère) qu’il anima jusqu’en 1935..

D’après Kerbaul, en 1922 il serait intervenu en langue bretonne dans une réunion organisée à Audierne par l’UD confédérée CGT. Les orateurs de l’UD, Le Bris, Guena, et Gourmelon,n’étant pas bretonnants, ils eurent des difficultés à se faire comprendre dans une assemblée presque uniquement composée de bretonnants. Savin contesta leur orientation syndicale, dans la langue comprise par l’assemblée, et les mis en difficulté. Il constitua le syndicat CGTU des pêcheurs d’Audierne à la suite de la grande grève des ouvrières des conserveries douarnenistes de 1924. Les statuts du syndicat furent déposés le 28 novembre 1924. Il en était le secrétaire ; Alain Rivière* étant le secrétaire adjoint ; Alain Guével*, le trésorier ; Jean-Maire Plouhinec*, le trésorier adjoint ; et yves Quiniou* l’archiviste.

En août 1927, il fut candidat communiste aux élections municipales complémentaires avec Alain Guénel, cheminot, et obtint 200 voix soit 27% des exprimés.

En 1932, avec Moalic, Trividic et Postic, il reconstitua une cellule du parti communiste à Audierne, en remplacement de la section qui avait périclité sous une forte répression : tout membre du parti communiste ou affirmant ses positions perdait son emploi ou était victime de tracasseries de toute sortes.

En 1923, François Savin était second sur le canot de sauvetage d’Audierne.

François Savin mourut le 8 mars 1936 à Audierne, après avoir été candidat aux élections au conseil d’arrondissement. Il s’était marié le le 26 mai 1900 à Douarnenez, avec Jeanne Le Signe. Après la mort de celle-ci, il s’était remarié en 1931, avec Jeanne Jaouen.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article130647, notice SAVIN Jean, François, Marie [parfois Jean] par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 29 octobre 2017.

Par Gilles Pichavant

SOURCE : Eugène Kerbaul, Dictionnaire biographique des militants ouvriers du Finistère, 1918-1944, déposé à l’Institut Maurice Thorez et aux Arch. Dép. Finistère, 1re version, 1974. — Germinal 28 janvier 1922La Lanterne15 août 1927La Dépèche, 27 septembre 1923 — Arch. Dép. du Finistère, cote 10M22 — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément