SAYER Eugène, Étienne. Pseudonyme : Ribelulo

Par Claude Pennetier

Né le 28 juin 1889 à Paris (XIIIe arr.), mort le 31 décembre 1948 à Paris (XIIIe arr.). Clicheur, membre de la FFTL, délégué syndical à la SIRLO, conseiller municipal du Bourget, peintre, poète, membre de l’AEAR.

Fils d’un serrurier et d’une blanchisseuse, Eugène Sayer entra à l’Ecole Estienne en 1897. Il choisit l’atelier de clicherie. Il quitta l’école Estienne au bout de trois ans, un an avant le diplôme, en septembre 1900. Sur le registre des élèves de l’école est simplement indiqué : « pour travailler au dehors », ce qui était assez courant à l’époque.
Eugène Sayer travailla d’abord aux établissements Mantelet, puis chez Buisson à Paris. Il se syndicat en 1903 en adhérant au Syndicat des Clicheurs-Stérétypeurs galvanoplastes. Il fut très actif pendant la grève du livre en 1906 qui aboutit à la journée de 9 heures. En 1912, ce fut Eugène Sayer qui représenta son syndicat lorsqu’il demanda à être rattaché à la Fédération française des travailleurs du livre. Il a été délégué au XIe congrès CGT du Livre à Nancy en septembre 1919. En 1925 et 1927, il était secrétaire général de la Chambre syndicale des stéréotypeurs-galvanoplastes de Paris et du département de la Seine, affiliée à la Fédération unitaire du Livre, syndicat qui avait compté en 1920 Louis Lebidon*, de Choisy-le-Roi, parmi ses secrétaires. La plupart des autres dirigeants étaient des parisiens intra-muros. En décembre 1927, son syndicat fusionna dans le syndicat général du Livre-Papier, avec le syndicat de l’impression typographique, le syndicat du papier carton et le syndicat des services d’entretien. Il fut secrétaire du syndicat des clicheurs et représenta la FFTL en 1932 au congrès d’Amsterdam.
En 1934, il entra à la SIRLO, société d’imprimerie fondée en 1934 par le groupe Beghin, rue du Louvre.
Il fut élu conseiller municipal socialiste du Bourget (Seine) le 7 décembre 1919 sur la liste conduite par Victor Cavillon. La préfecture de la Seine le qualifiait de « communiste » en mars 1925.
Les années trente furent aussi une période importante dans son évolution personnelle. Il suivit les cours de l’Université populaire. Sous le pseudonyme de Ribelulo, il pratiqua la peinture et la poésie. Paul Vaillant-Couturier fit appel à lui lors de la fondation de l’AEAR. Dans la revue Commune, dans le numéro thématique « pour qui écrivez-vous ? » en 1934 (n°5-6), il répond : « j’écris pour ma classe, pour mes camarades de classe, et surtout pour qu’ils me comprennent pour qu’ils saisissent aussi instinctivement que possible ce que je crois être juste » (p. 772).
En 1945, il devint le premier secrétaire du Comité d’entreprise de la SIRLO et le resta jusqu’à sa mort.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article130665, notice SAYER Eugène, Étienne. Pseudonyme : Ribelulo par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 12 novembre 2015.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Paris, Archives de l’Ecole Estienne. - Arch. Paris, DM3 ; vers. 10451/76/1 ; 1070 W 719. — Journal de Saint-Denis, 13 décembre 1919. - René Fagnoni, « Des hommes véritables ». Comité Groupe Socpresse, 1er mai 1989 [en ligne]. - Edouard Ehni, Un aristocrate prolétaire : Sayer, ouvrier du Livre, Fédération du Livre, Société nationale des entreprises de presse, [1948], - Notes de l’IHS CGT Livre Parisien. - Notes de M.-C. Bouju
ŒUVRE : Ribelulo. Impressions. Poèmes de travail. Ed. du Patronage du livre, s.d., 32 p‎.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément