SCHÖNBERG Szaja dit LAROCHE

Par Lucien Bonnel, Jean-Michel Brabant

Né le 26 janvier 1903 à Skala (Pologne), mort le 27 mai 1975 à Lima (Pérou) ; ingénieur-chimiste ; militant syndicaliste ; militant communiste puis trotskyste et d’extrême gauche.

Szaja Schönberg vint en France en 1924. Il milita dans la section juive du Parti communiste dont il fut exclu vers 1928. Il fut ingénieur-chimiste et travailla au service de recherches sur les insecticides des Établissements Truffaut à Versailles. Il adhéra à la Ligue communiste, section française de l’Opposition de gauche internationale en 1930 et milita au syndicat des ingénieurs et techniciens des industries chimiques au sein duquel il défendit des thèses minoritaires.

En désaccord avec la Ligue communiste, il la quitta le 13 octobre 1933 avec une trentaine de membres, surtout du « groupe juif », pour participer dès le lendemain à la création de l’Union communiste qui édita le mensuel l’Internationale (voir Gaston Davoust*). Il collabora régulièrement à la rédaction de ce journal et y traita des questions syndicales. Il professa sur ce point une opinion radicale qui lui fut propre, écrivant : « Les syndicats sont appelés de plus en plus à trahir, à se transformer en un appareil gouvernemental auxiliaire » (23 juin 1938). Rencontrant en 1936 C. Meyer du groupe néerlandais des communistes des conseils d’Anton Pannekoek, il constata que ce groupe était le plus proche de ses idées. Il milita, néanmoins, dans l’Union communiste jusqu’à la disparition de ce groupe en septembre 1939.

Pendant l’occupation allemande, Schönberg se réfugia avec sa compagne et sa fille dans le village de Monbahus (Lot-et-Garonne). À son retour à Paris, il adhéra à la Gauche communiste de France qui édita le bulletin L’Internationaliste. Naturalisé français en 1947, il s’établit en 1951 au Pérou où il fut professeur de chimie à l’Université agraire de Lima. Il y mourut le 27 mai 1975.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article130775, notice SCHÖNBERG Szaja dit LAROCHE par Lucien Bonnel, Jean-Michel Brabant, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 25 février 2012.

Par Lucien Bonnel, Jean-Michel Brabant

ŒUVRE : Traduction (en français) de l’ouvrage d’A. Pannekoek, Lénine philosophe, Spartacus, série B, n°34, 1971.

SOURCES : La Vérité, 26 mai 1933. — L’Internationale, 1937-1939. — Témoignage et archives de G. Davoust ; témoignage de la fille du militant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément