SERVANT André, Abel

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 2 février 1905 à Saint-Hilaire (Allier), mort le 28 juin 1963 à Montluçon (Allier) ; instituteur ; secrétaire départemental du Front national ; militant communiste, conseiller municipal de Montluçon

Fils d’un ouvrier mineur, André Servant, instituteur, se maria le 19 août 1933 à Montluçon. Il s’occupa plus particulièrement vers 1934 de l’organisation des comités Amsterdam-Pleyel, devenus par la suite le mouvement Paix et Liberté, qui compta 145 comités locaux en Allier, et dont il était secrétaire départemental. Il fut un syndicaliste attaché à la défense de l’école laïque et des revendications du personnel enseignant. André Servant fut un artisan de l’unité syndicale et depuis 1935 la confiance de ses collègues l’avait placé au Conseil syndical. Il organisa l’aide à l’Espagne Républicaine. Il adhéra au Parti Communiste en 1936 et fit partie du comité de la section communiste de Montluçon-Ouest en 1938

Responsable pour Montluçon du Parti communiste clandestin, il organisa la diffusion de l’appel lancé le 10 juillet par Maurice Thorez et Jacques Duclos. Il fut arrêté le 8 octobre 1940 et interné à Mons puis fin décembre 1940 à Nexon. Il organisa des évasions dans ces camps puis André Servant fut déporté à Djelfa, à Bossuet en Algérie.

Après la Libération, il reprit son activité tant au syndicat que sur le plan politique. En 1946, secrétaire départemental du Front National, il conduisit de vigoureuses campagnes pour l’indépendance nationale, pour le charbon de la Ruhr, pour les revendications des petits chasseurs. Il rassembla des Républicains contre l’indulgence dont bénéficia le Préfet Porte, responsable de nombreuses déportations dans l’Allier.

Élu conseiller municipal sur la liste communiste en octobre 1947 avec 8 305 suffrages et signes préférentiels, il fit partie des commissions de l’instruction publique, des beaux arts, de la jeunesse et des sports. Le 4 juin 1950, lors des élections municipales générales, après une dissolution, candidat sur la liste "d’union républicaine et résistante et de défense des intérêts montluçonnais dans la Paix et la Liberté" présentée par le PCF et le Parti socialiste unitaire, il fut réélu.

Servant fut cité comme témoin au procès contre Valmy, hebdomadaire communiste, intenté par le conseiller de la République socialiste SFIO Fernand Auberger pour injures et diffamation, le l5 décembre 1948.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131091, notice SERVANT André, Abel par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 11 mars 2020.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch mun. Montluçon, 1 K 10. — RGASPI, 517, 1, 1890. — La Voix du peuple, 23 avril 1938 ; Valmy, octobre 1947. — André Moine, Déportation et Résistance en Afrique du Nord (1939-1944), Paris, Édit. Sociales, 1972. — Notes de Jacques Girault et de Georges Rougeron.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément